Personne-ressource

Marco Allard

(418) 800-1144 #5

Écrivez-moi

Nos réalisations

Évènements

Coordination provinciale des projets collectifs de gestion de l’eau par bassin versant en milieu agricole

Description du programme

La Coordination provinciale des projets collectifs de gestion de l’eau par bassin versant en milieu agricole a été confiée au ROBVQ à l’automne 2015, par le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ).

Les projets, soutenus financièrement par le programme Prime-Vert du MAPAQ, visent à répondre à des enjeux liés à la qualité de l’eau en milieu agricole (protection de sources d'eau potable, dégradation de l'habitat aquatique, conflits d’usages, etc.) par des actions innovantes mises en œuvre par des producteurs agricoles à l'échelle du bassin versant.

Dans le cadre de son mandat, le ROBVQ souhaite faire cheminer les projets agricoles vers des projets intégrés impliquant des partenaires régionaux de secteurs d’activités variés.

Les projets en cours

Depuis 2005, 64 projets de bassins versants en milieu agricole ont été mis sur pied au Québec. Les retombées de ceux-ci sont particulièrement importantes en matière de mobilisation et de concertation des producteurs agricoles, ainsi qu’en développement des connaissances en matière de qualité de l’eau. De nombreuses actions ont également été posées par les entreprises agricoles associées à ces projets.

Cinq projets visant la diminution de la pollution diffuse et ponctuelle sont toujours en cours de réalisation. Les voici:

Projet du ruisseau Beloeil

Le projet de bassin versant du ruisseau Beloeil, dont le promoteur est le Groupe ProConseil, cible un territoire de 102,7 km2 au cœur d’une région en plein essor. En fait, le bassin versant s’étend sur le territoire de six villes et municipalités dans deux MRC du sud de la Montérégie-Est (cliquer ici pour voir la carte). La particularité du bassin versant est donc la cohabitation des 27 000 habitants avec les 74 entreprises agricoles qui exploitent tout près de 60% du territoire.

À la suite d’une première année de caractérisation, la saison 2015 a permis de rencontrer individuellement la plupart des producteurs afin de les informer et de les sensibiliser à la problématique de la qualité de l’eau. Ces rencontres étaient complémentées par la remise de cahiers du propriétaire faisant état des habitats fauniques sur leurs terres et de leur impact sur l’environnement. La remise des cahiers a mené à la signature d’engagements moraux et la mobilisation des producteurs vers l’adoption de bonnes pratiques agroenvironnementales.

La saison 2016 s’annonce comme une année d’interventions concrètes rendues possibles par les efforts de sensibilisation. Les producteurs seront donc invités à évaluer leurs pratiques et à considérer les diverses possibilités d’aménagements pour réduire le taux de phosphore et améliorer la qualité des habitats dans les cours d’eau du bassin versant.

Projet du Bras d’Henri

La rivière Bras d’Henri est un affluent de la rivière Beaurivage qui est située en aval du bassin versant de la rivière Chaudière dans la région de Chaudière-Appalaches. L’occupation du bassin versant du Bras d’Henri est majoritairement agricole avec plus de 4,7 unités animales/ha ce qui le place parmi les bassins avec la plus forte concentration animale au Québec. De plus, les cultures annuelles dominent le paysage ce qui augmente la pression environnementale sur le cours d’eau due à une grande proportion de sols à nu.

La phase 1 du projet initiée par le Comité de bassin de la rivière Chaudière a démontré une problématique de mauvaise qualité de l’eau du Bras d’Henri causée par la présence d’azote, de phosphore et de plusieurs pesticides. Suite à ces résultats, la phase 2 du projet vise la diminution de la pollution diffuse et ponctuelle. Pour ce faire, le promoteur, Fertior rencontrera les producteurs du bassin afin de les sensibiliser et de mettre en œuvre, avec eux, des actions concrètes pour favoriser la santé du cours d’eau.

Projet de la Rivière l'Acadie

Le club Techno-Champ 2000 coordonne le projet de bassin versant « amont » de la rivière L’Acadie, territoire de 249 km2 situé en grande partie dans la MRC des Jardins-de-Napierville et dans la MRC du Haut-Richelieu. L’agriculture est de loin la vocation de base du bassin versant, notamment au niveau de la culture maraîchère en sols organiques qui est une ressource majeure pour la région, ainsi qu’au niveau des grandes cultures (maïs, soya), qui dominent largement le paysage agricole de la Montérégie.

Parmi les 199 entreprises agricoles présentes sur le territoire, 54 d’entre elles font partie d’un club-conseil en agroenvironnement de la région. Ces 54 entreprises cultivent environ 68 % de la superficie cultivée du bassin versant, et la plupart de ces producteurs agricoles ont déjà entrepris une démarche environnementale. Le semis direct fait partie des actions déjà mises en place pour plusieurs de ces entreprises.

Pour mener à bien ce projet, l’équipe de coordination intègre des notions d’innovation ouverte, en impliquant davantage les producteurs agricoles à la prise de décisions concernant les actions agroenvironnementales à réaliser pour améliorer la qualité de l’eau et des habitats du territoire, en collaboration avec les intervenants du territoire et quelques chercheurs universitaires. D'ailleurs, la motivation des producteurs à participer au projet est grande comme le témoigne leur participation active et soutenue aux différentes activités organisées depuis le début du projet, en avril 2014. En 2016, les actions terrain porteront davantage sur les cultures de couverture, sur l’utilisation raisonnée de fertilisants, sur les bandes riveraines, sur la biodiversité en milieu agricole et sur la lutte intégrée.

Projet de la Belle rivière

Le Groupe Multiconseil Agricole (GMA) Saguenay—Lac-St-Jean est responsable de la coordination du projet collectif agricole du bassin versant de la Belle Rivière. Ce projet vise un total de 90 entreprises agricoles réparties sur le territoire des municipalités d’Hébertville, St-Gédéon et de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix dans la région du Saguenay—Lac-St-Jean. Ce projet se veut une occasion unique de rehausser la performance agroenvironnementale des exploitations agricoles présentes sur le territoire et améliorer la qualité de l’eau qui alimente le Grand-Marais.

Débuté à l’été 2015, ce projet triennal jouit d’une grande participation du milieu agricole. Plusieurs intervenants et producteurs agricoles étaient présents lors du lancement de projet qui a eu lieu en janvier 2016. De plus, plusieurs rencontres individuelles et des journées de sensibilisation sont prévues tout au long du projet. Un accompagnement particulier des entreprises agricoles en matière de service-conseil en agroenvironnement et la réalisation d’aménagements pour l’amélioration de la qualité de l’eau sont une priorité.

Ce projet est rendu possible grâce à l’initiative et le soutien du CREDD, l’UPA Lac-Saint-Jean-Est, le MAPAQ, le MDDELCC, l’OBV Lac-St-Jean, le GMA, les représentants des municipalités de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, d’Hébertville, Saint-Gédéon et bien sûr de l’association des riverains.

Projet de la Rivière du Chicot

Le Club conseil Profit-eau-sol et ses partenaires coordonnent le projet du bassin versant de la rivière du Chicot, dont le territoire s’étend de l’aéroport de Mirabel jusqu’à la ville de Saint-Eustache. La superficie agricole représente 57% du territoire et on y compte plus de 90 producteurs agricoles.

Le projet a pour objectif de contribuer collectivement à l’amélioration de la qualité de l’eau et des écosystèmes aquatiques du bassin versant de la rivière du Chicot. Il privilégie une approche de concertation où les producteurs agricoles sont au cœur de l’action. Pour bien adapter le projet à la réalité des producteurs, chaque hiver, une consultation a lieu où ceux-ci sont invités à discuter entre eux et avec des intervenants du milieu sur les actions à réaliser durant le projet.

Des actions concrètes

Le Club conseil Profit-eau-sol coordonne la mise en œuvre d’actions concrètes telles que :

Ces interventions sont bénéfiques pour les entreprises agricoles. En effet, il est gagnant d’avoir un sol en santé, de réduire les pertes de sol et de gérer efficacement l’utilisation des pesticides, ce qui permet de protéger la santé, l’environnement et de réaliser des économies.

De nouveaux projets en 2017

Au cours de l’hiver 2015-2016, le ROBVQ a invité les OBV du Québec à lui proposer des enjeux susceptibles de mener au démarrage de projets de bassins versants en milieu agricole. Les enjeux recherchés devaient contenir les facteurs de succès suivants :

Le processus de sélection suit son cours. Les projets retenus seront annoncés sur cette page au cours de l'année 2017. Revenez nous visiter!

Agir sans participer à un projet collectif

Les producteurs agricoles peuvent aussi agir individuellement pour diminuer l’impact de leurs activités sur les ressources collectives en eau.

Ils peuvent, par exemple :

Les partenaires du programme