Personne-ressource

Antoine Verville

(418) 800-1144 #9

Écrivez-moi

À propos

Éditions

Dans cette page

Nos partenaires

Nos projets

Nos programmes

Nos évènements

Aller-Retour 2010 : Brésil

Dans l'ordre habituel : Geneviève Audet, Antoine Verville, Payse Mailhot, Zoë Ipiña, Nancy Blanchette. Absente de la photo : Sophie Gallais

En détails

Période pré-départ

Au cours des mois de janvier à mai, les participants sélectionnés devront participer à un travail de recherche préliminaire sur les initiatives d'implication citoyenne pour la gestion de l'eau au Québec. Grâce à ce travail de recherche, les participants entreprendront la préparation de contenu en vue du séjour à l'étranger. De plus, une formation pré-départ de deux jours sera offerte aux participants.

Séjour au Brésil

En mai 2010, les candidats retenus se rendront au Brésil pour un séjour de deux semaines afin de présenter l'approche québécoise de gestion de l'eau et de gouvernance participative, organisé par l'Université fédérale de Santa Catarina. Ils seront aussi amenés à participer à la Rencontre internationale sur la gouvernance de l'eau Québec, Canada - Santa Catarina, Brésil et à des activités d'implication citoyenne en gestion de l'eau dans les bassins versants des rivières Tijucas, Biguaçu et Urubici.

Période retour

À leur retour du Brésil, les participants devront participer à la rédaction de contenu quant aux outils d'implication citoyenne acquis au cours des deux premières étapes. Ce contenu devra être présenté à l'ensemble des membres du ROBVQ, entre autres dans le cadre des Rendez-vous des OBV.

Candidatures retenues

Le 18 décembre 2009, le comité de sélection a retenu les candidatures des personnes suivantes:

Documents liés au programme

Témoignages des participants

Antoine Verville, ROBVQ

Le Projet Aller-Retour au Brésil fut pour moi très riche, tant au niveau professionnel que personnel. D'abord, tant la préparation au projet (recrutement, formation), que la mission au Brésil et la travail accompli au retour (travail de réflexion, rédaction du rapport, présentation aux OBV) fut l'occasion pour moi et pour le ROBVQ de cheminer en matière de participation citoyenne dans le modèle de gestion intégrée de l'eau au Québec.

Par ailleurs, le Projet Aller-Retour m'a permis de développer des liens privilégier avec cinq organisations de bassin versant dynamiques et assurant un leadership provincial sur plusieurs aspects de la gestion intégrée de l'eau. Finalement, sur le plan personnel, en plus d'avoir été une occasion d'apprendre une langue nouvelle (portugais), le Projet Aller-Retour au Brésil m'aura permis de créer des amitiés fortes, tant au Québec que dans l'état de Santa-Catarina, au Brésil.

Payse Mailhot, OBV-CM

Le programme Aller-Retour m'a permis, en plus de me donner l'occasion d'apprendre un peu de portugais, d'approfondir ma réflexion sur la participation des citoyens dans la gestion intégrée de l'eau. J'ai beaucoup apprécié les nombreux contacts, de natures variées, qui nous ont été permis de faire au cours de cet échange, plus particulièrement les gens de l'université qui nous accompagnaient, ainsi que les familles qui nous ont accueillies.

J'ai également apprécié que notre présence au Brésil soit bénéfique pour la visibilité des comités de bassins au Brésil. Les nombreux échanges réalisés lors des visites et sorties m'ont permis d'en apprendre davantage sur la réalité et les expériences des comités de bassins du Brésil, ainsi que celles d'autres OBV du Québec. Je suis donc très heureuse d'avoir eu la chance de participer au programme Aller-Retour et remercie les gens qui ont rendu possible ce programme.

Nancy Blanchette, CAPSA

Au-delà du séjour au Brésil, le projet Aller-Retour fut une excellente occasion de nouer de nouvelles amitiés et de côtoyer des personnes exceptionnelles. Évidemment, découvrir un pays avec toute sa culture et saveurs locales demeure toujours une expérience des plus enrichissantes. Malgré la barrière de la langue, toutes les personnes impliquées dans le projet ont grandement facilité l'intégration. Il est indéniable que les apprentissages acquis au cours du projet m'accompagneront tant au niveau de la vie personnelle que professionnelle.

Zoë Ipiña, OBV Yamaska

Le projet aller-retour m'a permis de réfléchir à des situations et des défis que nous vivons au Québec dans un contexte complètement nouveau. Ainsi, pour des problématiques semblables, l'opportunité de voir comment des gens d'ailleurs réagissent et travaillent nous ouvre à des possibilités et des solutions nouvelles.

Les multiples rencontres et visites organisées nous ont permis d'entrer en contact avec nos parallèles brésiliens et de voir les multiples facettes de la gestion par bassin versant à différents niveaux de gouvernance, des groupes de citoyens bénévoles, en passant par les municipalités, la police environnementale, le milieu universitaire jusqu'au gouvernement provincial. De plus, le voyage est une occasion parfaite pour lier des amitiés entre les participants des différents OBV et nos hôtes brésiliens. Ce projet offre une expérience de vie et professionnelle exceptionnelle, je lui souhaite longue vie!

Geneviève Audet, SCABRIC

Ah ! Le Brésil… Quelle richesse dans cet échange avec les gens de l'état de Santa Catarina ! Quel accueil chaleureux ! Une telle concentration de personnes généreuses et impliquées dans leur communauté. Que d'actions pour l'amélioration de leur qualité de vie, dans une approche globale de l'eau, incluant toutes ses dimensions (physique, sociale, biologique, culturelle, éducative, spirituelle). Malgré la fatigue des journées bien remplies, je recommencerais cet échange demain matin ! Et quel beau groupe de québécois nous avons formé ! Que d'apprentissages ! Toute une réussite !

Sophie Gallais, AGIR pour la Diable

L'expérience vécue dans le cadre du projet Aller-Retour a été très enrichissante tant sur le plan professionnel que personnel. Lors de notre séjour au Brésil, j'ai eu l'occasion de découvrir une approche de gestion de l'eau si différente de la notre qu'elle m'a permis de remettre en questions mes activités au sein de l'organisme de bassin versant et de les bonifier. Cette confrontation a donc été bénéfique pour moi et l'organisme AGIR pour la Diable !

Aussi, le partage d'expériences avec mes collègues québécois de la SCABRIC, la CAPSA, l'OBV Yamaska, l'OBV Charlevoix-Montmorency, et le ROBVQ a tissé des liens permettant de développer un fort sentiment d'appartenance à un réseau québécois d'organismes de bassin versant. Ce projet fut rempli de belles découvertes professionnelles et humaines, une expérience unique !

Photos concernant ce programme

Vidéos concernant ce programme

Vidéo des étudiants – leçons de français

À la préfecture

À la source de captage de l'eau potable

Entrevues à la radio

Entrevue à la TV

Au restaurant

À la ferme bio