Mise à jour

Cette page a été mise à jour le vendredi 22 novembre 2019.

Personne-ressource

Pauline Marquer

(418) 800-1144 #8

Écrivez-moi

Le Guide

Étapes de la démarche

Diagnostic

Comme pour toute autre thématique du PDE, c’est à l’étape du diagnostic que l’analyse des différentes données rassemblées au portrait sera réalisée. Ainsi, il devient possible d’évaluer les impacts réels et potentiels résultant des perturbations climatiques. Ensuite, l’analyse croisée de la sensibilité, de l’exposition et de la capacité d’adaptation permettra l’évaluation des vulnérabilités.

Une fois les facteurs de sensibilité et d’exposition identifiés, il est possible de s’interroger sur la capacité des communautés à y faire face par les mesures d’adaptation développées jusqu’ici. Alors, un certain « degré » de vulnérabilité peut-être identifié. Enfin, en appliquant les scénarios futurs disponibles, la même analyse peut être réalisée dans le but d’établir la vulnérabilité future dans le cas où aucune mesure ne serait prise.

Étape 5 : Évaluer les impacts réels et potentiels

En utilisant l’information recueillie sur les usages, les actifs qui y sont associés et les perturbations climatiques pouvant les affecter, de même que les données sur les facteurs d’exposition et de sensibilité, une analyse approfondie devrait permettre d’évaluer les impacts potentiels pour la communauté. En effet, les différentes caractéristiques du système étudié feront en sorte qu’une variété d’impacts pourra être observée. Voici quels pourraient être les impacts dans notre exemple :

Élément de portrait

1.7.3 Zones de contraintes naturelles : zones inondables

Perturbation

Inondations par embâcle dans le secteur sud de la Rivière aux pins

Actif

300 habitations

Facteurs d’exposition

Crues d’importance à récurrence 20 ans

Facteurs de sensibilité

250 habitations en zone inondable

Absence de zones tampons

Mesures d’adaptation

Rehaussement des maisons de la zone inondable

Installation de pompes

Rehaussement de la hauteur des fenêtres

Modification du sens d’ouverture des portes

Impacts potentiels

Inondation des habitations dans la zone inondable aux 20 ans avec dommages matériels, principalement pour les 50 bâtiments désuets

Risques pour la sécurité des résidents dans la zone inondable

Évacuation de plusieurs centaines de citoyens

Les onglets qui suivent présentent des exemples d'impacts en fonction des différentes combinaisons d'usages et de perturbations climatiques (systèmes à l'étude).

Étape 6 : Évaluer la vulnérabilité

« Le degré de vulnérabilité est directement associé au niveau d’exposition d’un système aux impacts des changements climatiques, à sa sensibilité ainsi qu’à sa capacité d’adaptation. » (Allen Consulting Group 2005; GIEC, 2007 dans Thomas et al. 2012)

Donc, l’évaluation de la vulnérabilité nécessite l’élaboration de trois matrices Excel (cf. tableaux 6, 9 et 11) différentes qui permettront l’analyse de la sensibilité, de l’exposition et de la capacité d’adaptation. Chacune d’entre elles aboutira à un indice qui reflète la tendance centrale au regard de la sensibilité, de l’exposition et de la capacité d’adaptation pour l’unité géographique concernée.

En premier lieu, il est nécessaire de subdiviser le territoire du système à l’étude en définissant l’unité géographique d’analyse. Celle-ci servira de base commune à chacune des matrices d’analyse. Elle peut être une zone, une municipalité, un quartier, un tronçon de cours d’eau, etc.

a) Évaluer la sensibilité

La sensibilité du système dépend des facteurs de sensibilité des actifs identifiés au portrait ainsi que de l’existence de mesures d’adaptation. L’identification des actifs présents dans l’unité géographique de l’analyse ainsi que le niveau de perturbation de l’usage concerné effectuée à l’étape du portrait est donc indispensable.

La matrice d’analyse de la sensibilité croise les données relatives aux actifs et à la perturbation de l’usage concerné. Le degré de sensibilité d’un actif à la perturbation devrait être évalué selon l’échelle ci-dessous.

Tableau 5 – Échelle d’évaluation du degré de sensibilité

Degré de sensibilité

Score assigné

L’actif est indifférent à la perturbation.

0

L’actif serait peu impacté négativement par la perturbation.

2

L’actif serait moyennement impacté négativement par la perturbation.

5

L'actif est actuellement très impacté par la perturbation selon la cause spécifiée.

10

La matrice d’analyse des facteurs de sensibilité des actifs devrait, minimalement comporter 5 colonnes permettant d’identifier l’unité géographique, le groupe auquel appartient l’actif, l’actif en question, son degré de sensibilité (identifié à l’étape précédente), ainsi qu’une brève justification correspondant aux mesures d’adaptation ou de compensation déjà existantes.

Tableau 6 – Exemple de matrice d’analyse des facteurs de sensibilité

Nom de l’unité géographique

Groupe d’actifs

Actif concerné

Score du degré de sensibilité

Justificatif

« Quartier Amont »

Eau potable

Puits individuels

5

Les puits du quartier n’ont pas été conçus selon les normes.

« Quartier Aval »

Eau potable

Puits individuels

2

La grande majorité des puits du quartier ont été conçus selon les normes.

b) Évaluer le degré d’exposition

La matrice d’analyse de l’exposition croise les données relatives aux indicateurs climatiques et hydroclimatiques présents et futurs et à la perturbation de l’usage étudié sur l’unité géographique retenue. Par ailleurs, étant donné la variabilité des phénomènes climatiques il faut tenir compte l’incertitude.

Les données relatives aux scénarios climatiques et hydroclimatiques futurs sont disponibles sur les plateformes Web de visualisation de scénarios climatiques d’Ouranos et de l’Atlas hydroclimatique du Québec méridional.

Dans les deux cas, les indicateurs jugés significativement liés aux causes de la perturbation de l’usage devraient être considérés dans l’analyse. Il est également souhaitable de sélectionner un horizon, un scénario et un percentile cohérent à l’usage étudié. Le degré d’exposition d’une unité géographique aux scénarios climatiques et hydroclimatiques futurs est fonction des facteurs d’exposition : l’intensité, la durée, la fréquence, et de la saison de la perturbation.

Le degré d’exposition devrait être évalué selon l’échelle suivante :

Tableau 7 – Échelle d’évaluation de la perturbation de l’usage relativement à un indicateur climatique ou hydroclimatique

Degré d’exposition

Score assigné

Le changement climatique peut réduire la perturbation en intensité, durée ou fréquence.

-2

Aucun changement de la perturbation n'est anticipé.

0

Le changement climatique augmentera la perturbation de l’usage de façon limitée (par ex., intensité légèrement plus élevée).

2

Le changement climatique augmentera substantiellement la perturbation de l’usage.

5

Le changement climatique augmentera la perturbation de sorte à compromettre très sérieusement l’usage.

10

Il est recommandé d’évaluer le degré de certitude du lien de causalité entre les indicateurs climatiques ou hydroclimatiques et la perturbation de l’usage.

Tableau 8 –Échelle d'évaluation du degré de certitude de l’exposition

Degré de certitude

Score assigné

Aucune évidence directe ou anecdotique entre le changement climatique et la perturbation

0

Faible : Évidence peu concluante (peu de documentation, avis d'expert divergents)

1

Moyen : Preuve suggérant cette relation (quelques documents, modèles incomplets, méthodes émergentes, etc.)

2

Élevé : Preuve modérée (plusieurs sources, documentation limitée, méthodes variées)

3

Très élevé : Évidence forte (théorie établie, plusieurs sources, résultats consistants, bien documenté, fort consensus)

4

Le nombre de colonnes de la matrice dépend du nombre d’indicateurs climatiques et hydroclimatiques retenus, tandis que le nombre de lignes dépend du nombre d’unités géographiques d’analyse. Voir l’exemple ci-dessous.

Tableau 9 - Exemple de matrice d'analyse d'exposition

Indicateur climatique ou hydroclimatique #1

Indicateur climatique ou hydroclimatique #2

Nom de l'unité géographique

Score du degré d’exposition

Justificatif

Score du degré de certitude

Score du degré d’exposition

Justificatif

Score du degré de certitude

Quartier « Amont »

Quartier « Aval »

c) Évaluer la capacité d’adaptation

Une matrice d’analyse de la capacité d’adaptation croise des informations socio-économiques concernant les dimensions d’une collectivité (la richesse, la technologie, l’éducation, l’information, les compétences, les infrastructures, l’accès aux ressources et les institutions) aux unités géographiques.

Un tableau recensant 36 variables et autant d’indicateurs permettant de mesurer la capacité d’adaptation d’une communauté (Thomas et al., 2012) est disponible à l’étape du portrait (Tableau 4 de l’étape du portrait).

Statistique Canada et l’Institut de la statistique du Québec diffusent de telles données. Les résultats d’une analyse de réseau social peuvent également être utiles à cette analyse, en particulier pour documenter la dimension « Information » (Voir le guide pratique du ROBVQ à ce sujet).

Tableau 10 - Échelle d'évaluation du degré de développement de la capacité d’adaptation

Degré de développement de la capacité d’adaptation

Score assigné

La capacité d’adaptation est insuffisante pour que l’usage ne soit pas très sérieusement compromis.

1

La capacité d’adaptation peut contribuer de façon limitée à la pérennité de l’usage.

2

La capacité d’adaptation peut contribuer moyennement à pérenniser l’usage.

3

La capacité d’adaptation peut faire en sorte que l’usage ne soit pas du tout compromis.

4

Dans sa forme, la matrice d’analyse de la capacité d’adaptation devrait comporter huit colonnes principales, soit une pour chaque dimension de la collectivité. Chaque colonne principale devrait être divisée de sorte à permettre la mesure du degré de développement et son justificatif. La matrice devrait compter autant de lignes que d’unités géographiques.

Tableau 11 - Exemple de matrice d'analyse de capacité d'adaptation

Dimension de la collectivité #1: Richesse

Dimension de la collectivité #2: Technologie

Nom de l'unité géographique

Score du degré de développement

Justificatif

Score du degré de développement

Justificatif

d) Évaluer la vulnérabilité

La vulnérabilité aux changements climatiques d’un usage intègre les analyses de sensibilité, d’exposition et de capacité d’adaptation. Elle peut être évaluée en rapport à l’unité géographique grâce à des indices de sensibilité, d’exposition et de développement de la capacité d’adaptation.

Rappelons que l’objectif de cette évaluation est d’aider à la prise de décision dans l’établissement d’un plan d’action en ciblant des endroits où il est prioritaire d’agir.

La matrice de vulnérabilité est un outil suggéré pour procéder à une étape de priorisation en regard de la variabilité climatique.

Chacune des matrices d’analyse de la sensibilité, du degré d’exposition et de la capacité d’adaptation permet de développer un indice qui reflète la tendance centrale d’une unité géographique en regard de la sensibilité, du degré d’exposition et de la capacité d’adaptation.

Celui-ci peut être développé en calculant la médiane des scores issus de chaque matrice d’analyse et de la certitude (tableaux 5 à 11).

Une fois ces indices calculés, il est possible de les mettre en relation de sorte à refléter la vulnérabilité de l’usage aux changements climatiques pour une unité géographique.

Étant donné les échelles d’évaluation proposées, la formule de la vulnérabilité est la suivante :

Vulnérabilité = (Indice de sensibilité * Indice d’exposition) / Indice de capacité d’adaptation

Section particulière sur les écosystèmes aquatiques

Il est important de rappeler qu’en raison de la complexité à aborder la thématique de la variabilité climatique en lien avec les usages de l’eau, la démarche propose d’orienter l’analyse sur un seul usage en lien avec une unique perturbation climatique. Bien entendu, au moment d’analyser la situation d’autres liens doivent être pris en considération, notamment les effets combinés de différentes perturbations climatiques mais aussi les impacts indirects engendrés par un «système à l’étude» sur d’autres usages ou actifs. Il revient alors à l’utilisateur de la démarche d’analyser le tout de manière globale et d’établir les différents liens possibles en fonction des réalités locales.

Un modèle conceptuel a été conçu afin de vous aider à évaluer les impacts réels et potentiels.