Mise à jour

Cette page a été mise à jour le vendredi 22 novembre 2019.

Personne-ressource

Pauline Marquer

(418) 800-1144 #8

Écrivez-moi

Le Guide

Étapes de la démarche

Portrait

À l’étape du portrait, il s’agit d’appliquer la lunette d’approche de la variabilité climatique à la situation actuelle. Pour ce faire, il sera nécessaire de cibler les usages ainsi que les actifs qui leur sont associés selon l’influence des changements climatiques à leur égard. Ainsi, au regard des usages et des actifs identifiés au portrait d’un PDE il est nécessaire d’identifier si chaque élément est affecté, ou non, par la variabilité climatique ou encore s’il pourrait le devenir dans le futur. Une étape préalable de concertation entre les acteurs du milieu devrait permettre d’orienter les démarches sur certains éléments précis du PDE en fonction des réalités régionales.

Sans toutefois faire d’analyse, une description des caractéristiques des perturbations probables (cause, intensité, saison, durée et fréquence) et des facteurs de sensibilité des actifs et usages de l’eau permettra de jeter les balises de l’évaluation qui suivra au diagnostic. On entend ici par actif des éléments autres qu’un usage de l’eau qui peuvent ou non le composer comme un atout social, une activité économique, un bien matériel, etc. De plus, les mesures de compensation et d’adaptation actuelles devraient être répertoriées dans l’identification des facteurs de sensibilité. Les scénarios futurs les plus probables doivent aussi être identifiés dans cette section du PDE.

Étape 1 : Définir le système à l’étude : perturbations climatiques et usages

Il s’agit en premier lieu, pour chacun des éléments de PDE que l’on souhaite analyser, de bien définir le système à considérer. Ainsi, il faudra prendre connaissance des perturbations (voir liste 1) les plus récurrentes ou susceptibles de se produire selon les études disponibles sur le territoire et en lien avec chaque élément. Il est toujours préférable de réaliser cet inventaire avec les acteurs du milieu afin de bien identifier les perceptions de ces derniers et parce qu’ils ont une connaissance terrain du territoire et des perturbations. On entend par perturbations les menaces externes reliées au climat telles que des pluies intenses, sècheresses, etc. Dans certains cas, ce seront des perturbations telles que les inondations et l’érosion hydrique résultant des pluies intenses qui seront considérées. En effet, il en revient aux intervenants du milieu de s’entendre sur les perturbations identifiées et sous quel angle elles seront abordées. En adaptation, on ne cherche pas à mitiger les changements climatiques sur lesquels nous n’avons aucune emprise, mais bien à travailler sur leurs conséquences à l’égard des usages de l’eau.

De même, une identification préalable des usages et des actifs composant le système est nécessaire. Il s’agit bien entendu des éléments sensibles aux perturbations relevées sur le territoire. On fait référence ici aux usages associés à l’eau, et à tous les actifs qui y sont liés comme des possessions matérielles, un atout social, des activités économiques, etc. Il en revient aux acteurs du milieu de déterminer sous quel angle analyser la situation.

Une liste des principaux aléas climatiques et des phénomènes naturels en lien avec l'eau qui pourraient en être affectés a été élaborée :

Liste 1. Principales perturbations pouvant affecter les usages et actifs

Principaux aléas climatiques :
Épisode de pluies torrentielles
Orages
Augmentation de la température
Modifications soudaines de température
Redoux hivernaux
Principaux phénomènes naturels pouvant être affectés :
Hydraulicité (débits moyens annuels)
Crues (printemps, été, automne)
Étiages (été, automne)
Embâcle (par frasil ou par mouvement de glace)

Pour ce qui est des usages et/ou actifs, la liste est basée sur la table des matières standardisée pour l'élaboration d'un PDE suggérée par le ROBVQ.

Voici un exemple qui sera utilisé tout au long de la présente boîte à outils :

Élément de portrait

1.7.3 Zones de contraintes naturelles : zones inondables

Perturbation

Inondations par embâcle dans le secteur sud de la Rivière aux pins

Actif

300 habitations

Les onglets qui suivent vous permettent d'identifier les perturbations climatiques à considérer en fonction des différents usages de l'eau, des actifs en lien avec la gestion de l'eau ou des différentes utilisations du sol. Ainsi, en fonction de l'élément de votre PDE que vous avez ciblé, vous pouvez rapidement retrouver les perturbations climatiques susceptibles de l'affecter. Selon la démarche élaborée par le ROBVQ, cette combinaison d'un usage et d'une perturbation constitue votre "système à l'étude". Chaque perturbation est identifiée par un code de couleur et lorsque plusieurs couleurs se retrouvent sur une même ligne, c'est que les perturbations en question auront le même type d'impact sur l'usage ciblé.

Section particulière sur les écosystèmes aquatiques

Dans le cadre d'un projet particulier, la variabilité climatique et les usages en lien avec les écosystèmes aquatiques ont été approfondis davantage. Les précisions apportées par ces travaux sont présentés sous les onglets suivants.

Il est important de souligner qu’il semble y avoir consensus dans la littérature scientifique à l’effet que pour les poissons, l’élément clé de la de sensibilité est la fourchette de préférence thermique de chaque espèce. Pour cette raison, les différentes espèces ont été regroupées selon ce critère (poissons d’eau chaude / fraîche ou froide). Celles-ci sont ensuite classées en fonction de leur "usage" (espèces à potentiel économique, espèces menacées ou vulnérables, espèces exotiques envahissantes) puisque les impacts des perturbations climatiques varieront en fonction de celui-ci. Enfin, les sites d’intérêts et les milieux humides ont pour leur part été traités par rapport à leurs fonctions, puisque ce sont les impacts sur ces dernières qui affecteront nos activités.

Étape 2 : Identifier les facteurs déterminants de l’exposition et de la sensibilité

Selon les auteurs et les approches, les définitions de ces deux concepts varient. Dans un premier temps, visant davantage à dresser une liste non-limitative des potentiels éléments de vulnérabilité présents dans le bassin versant, la distinction entre les deux concepts sera plus ou moins essentielle à faire dans le contexte de la réalisation des PDE. C’est pourquoi ils ont été regroupés dans une étape. En effet, l’important pour notre démarche est d’identifier les caractéristiques du système qui permettront d’évaluer les vulnérabilités du système (étape 6).

Facteurs d’exposition : il s’agit des facteurs exogènes au système sur lequel nous n’avons pas d’emprise. Ce sont des éléments de perturbation liés directement ou indirectement aux variables climatiques et hydroclimatiques avec lesquels, le système entre en contact et dont les caractéristiques, comme la fréquence et l’intensité, pourraient être modifiées par les changements climatiques.

Les facteurs déterminants de l’exposition pourront être les suivants:

Facteurs de sensibilité : il s’agit des caractéristiques endogènes d’un système qui influent sur l’ampleur des impacts que causeraient les perturbations et sur lesquelles on peut parfois intervenir. À exposition égale, deux systèmes ne subiront pas la même ampleur de dommages en raison de composantes leur conférant des sensibilités différentes. Il s’agit donc ici d’identifier les caractéristiques propres aux usages et actifs ciblés du PDE.

Les facteurs déterminants de la sensibilité pourront être les suivants :

Pour identifier les facteurs déterminants de l’exposition et de la sensibilité il sera donc nécessaire de répertorier les actifs présents sur le territoire, les perturbations engendrées ainsi que les données relatives aux scénarios climatiques futurs disponibles sur la plateforme de visualisation d’Ouranos et sur la plateforme Web de l’Atlas hydroclimatique du Québec méridional.

Liste 2. Actifs classés selon les usages de l’eau ou du territoire (liste non exhaustive)

Eau potable
  • Conduite
  • Réservoir
  • Station de pompage
  • Usine de traitement
  • Puits municipal
  • Puits collectifs
  • Puits individuels
Eaux usées
  • Égout séparatif
  • Égout unitaire
  • Station de pompage
  • Bassin d’épuration
  • Usine de traitement
  • Ouvrage de surverse
Eaux pluviales
  • Étangs secs
  • Bassin de rétention
  • Station de pompage
  • Ponceau
Transport en commun
  • Abribus
  • Abris à vélo
  • Panneaux
  • Bancs
  • Passerelle
  • Murs de soutènements
Transport
  • Autoroute
  • Route locale
  • Route régionale
  • Voies
  • Écrans anti-bruits
  • Voie ferrée
  • Sentier de motoneige
  • Ponts
Parcs loisirs et culture
  • Musées
  • Centre d’arts
  • Centre communautaire
  • Aréna
  • Piscine
  • Rampe de mise à l’eau
  • Terrain de sport
Usage de retenue
  • Barrage hydro-électrique
  • Barrage pour le contrôle des inondations
  • Barrage multifonctionnel
  • Barrage à castor
  • Réservoir à usage industriel
  • Réservoir à usage agricole
Milieux humides fonctions
  • Filtre naturel
  • Éponge
  • Puits de carbone
  • Biodiversité
Sites d’intérêt à fonction hydrologique
  • Patrimoine écologique
  • Dilution
  • Transport des sédiments
  • Stockage de carbone
Services municipaux
  • Caserne de pompier
  • Entrepôt
  • Poste de police
Technologie de l’information
  • Centre de données
  • Télécommunications
  • Réseaux
Activités récréatives
  • Baignade
  • Plongée
  • Navigation de plaisance
  • Pêche sportive
Activités commerciales
  • Navigation commerciale
  • Pêche
  • Pêche commerciale
  • Commerce local
Activités agricoles
  • Elevage agricole
  • Entrepôt agricole
  • Parcelle agricole
Déchet solide
  • Centre de recyclage et d’élimination
  • Système de lixiviation
Source : Guide d’évaluation des vulnérabilités des usages associés à l’eau aux changements climatiques

Dans notre exemple, les facteurs déterminants de l’exposition et de la sensibilité pourraient être les suivants :

Élément de portrait

1.7.3 Zones de contraintes naturelles : zones inondables

Perturbation

Inondations par embâcle dans le secteur sud de la Rivière aux pins

Actif

300 habitations

Facteurs d’exposition

Crues d’importance à récurrence 20 ans

Facteurs de sensibilité

250 habitations en zone inondable

Absence de zones tampons

Les onglets qui suivent précisent les facteurs d'exposition et de sensibilité à considérer en fonction des différentes combinaisons d'usages et de perturbations climatiques (systèmes à l'étude).

Section particulière sur les écosystèmes aquatiques

Pour ce qui est des écosystèmes aquatiques, les facteurs de sensibilité identifiés plus haut sont précisés dans le tableau 1. Ce sont tous ces éléments qui doivent être considérés lors de votre analyse des facteurs d'exposition et de sensibilité pour un écosystème aquatique. Afin d'éviter la répétition, aucun onglet n'est présenté à ce sujet pour cette étape.

Tableau 1. Détails sur certains facteurs de sensibilité en lien avec les écosystèmes aquatiques

Facteurs de sensibilité pour les usages reliés aux espèces de poissonsExemples d'aspects à surveiller
Caractéristiques du cours d’eau / du plan d’eau / milieu humide

Physiques

  • Profondeur du lac (strates thermiques)
  • Grandeur / superficie / volume du lac
  • Flux des eaux (intrants / extrants)
  • Importance de l’alimentation en eau souterraine dans le cours d’eau / milieu humide
  • Érosion, destruction des bandes riveraines, etc.
  • Vitesse des vents au-dessus du cours d’eau / plan d’eau

Chimiques

  • Pollution
  • Transparence
  • Turbidité
  • Acidité
  • Oxygène, carbone, phosphore, azote, mercure, etc.

Biologiques

  • Biodiversité
  • Espèces exotiques
  • Prédateurs
  • Parasites

Typologie (milieux humides)

  • Eau peu profonde
  • Herbier aquatique
  • Marais
  • Marécage
  • Tourbière
  • Milieu humide non classifié
Caractéristiques de l’espèce (poissons)

Exigences d'habitat

  • Régime alimentaire (benthos, proies, etc.)
  • Croissance
  • Reproduction
  • Milieu de vie
  • Routes migratoires

Flexibilité au niveau des exigences d'habitat

  • À vérifier pour les points mentionnés ci-haut

Résistance aux prédateurs, parasites et aux espèces envahissantes

  • Supporte la compétition ou non
  • Adultes ont peu de prédateurs, en haut de la chaîne alimentaire
Position géographique et topographie
  • Latitude
  • Isolement du lac / milieu humide
  • En amont ou en aval
  • Pente
  • Altitude
Présence d'usages conflictuels
  • Pêche / surpêche
  • Sources de chaleur pouvant modifier la température de lʼeau, centrale électrique, acteurs du secteur industriel rejetant de lʼeau après des activités de refroidissement, etc.
  • Présence sur les cours dʼeau de bateaux de plaisance, bateaux provenant de lʼétranger, etc.
  • Altération au régime d’écoulement des eaux, obstacles au libre-passage, barrages, etc.
  • Activités agricoles intensives / polluantes à proximité
  • Prélèvements en eau pour d’autres usages
  • Activités stimulant l’augmentation de la turbidité
  • Activités stimulant l’augmentation de l’envasement

Étape 3 : Identifier les mesures d’adaptation actuelles

Différentes mesures d’adaptation ont pu être mises en place jusqu’à ce jour afin d’augmenter la résilience de la communauté face aux perturbations. On entend par résilience « la capacité des systèmes sociaux, économique et environnementaux à faire face à une perturbation, une tendance ou un évènement dangereux, leur permettant de réagir ou de se réorganiser de façon à conserver leur fonction essentielle, leur identité et leur structure, tout en gardant leur faculté d’adaptation. D’apprentissage et de transformation. » (GIEC, 2014, GT II, III).

Le Groupe International d’Étude sur l’Évolution du Climat (GIEC) définit l’adaptation comme étant « une démarche d’ajustement au climat actuel ou attendu, ainsi qu’à ses conséquences. Pour les systèmes humains, il s’agit d’atténuer les effets préjudiciables et d’exploiter les effets bénéfiques. Pour les systèmes naturels, l’intervention humaine peut faciliter l’adaptation au climat attendu ainsi qu’à ses conséquences ». (GIEC, 2014, GT II, III).

Certaines mesures déjà mises en place afin d’éviter les impacts des perturbations en lien avec l’eau pourront être relevées à cette étape. Dans ce cas, on réfère davantage à des actions visant à éviter ou réduire les impacts.

Plusieurs concepts ont donc été utilisés afin d'identifier les exemples de mesures d'adaptation possibles par rapport aux différents systèmes usages/perturbations. D'ailleurs, certains de ceux-ci sont détaillés dans les tableaux 2 et 4 ainsi que dans les onglets suivants (ci-dessous) et pourraient vous aider à identifier d'autres mesures à considérer.

Dans notre exemple, les mesures d'adaptation pourraient être les suivantes :

Élément de portrait

1.7.3 Zones de contraintes naturelles : zones inondables

Perturbation

Inondations par embâcle dans le secteur sud de la Rivière aux pins

Actif

300 habitations

Facteurs d’exposition

Crues d’importance à récurrence 20 ans

Facteurs de sensibilité

250 habitations en zone inondable

Absence de zones tampons

Mesures d’adaptation

Rehaussement des maisons de la zone inondable

Installation de pompes

Rehaussement de la hauteur des fenêtres

Modification du sens d’ouverture des portes

Les onglets qui suivent présentent des exemples de mesures de compensation ou d'adaptation à considérer en fonction des différentes combinaisons d'usages et de perturbations climatiques (systèmes à l'étude).

Les différents concepts de résilience et les dimensions de l’adaptation utilisés sont définis dans les tableaux suivants :

Tableau 2. Définitions des différents concepts de résilience utilisés et proposés par le ROBVQ

Concept de résilienceDéfinition
Capacité d’absorptionCapacité d’un système de tolérer des perturbations sans basculer dans un état totalement différent. Un système résilient peut supporter les chocs et se reconstruire lorsque cela est nécessaire.
Capacité de recouvrementCapacité des individus, des groupes, des organisations et des systèmes dans leur ensemble de revenir à l’état « initial ». Elle est ainsi proche de la capacité d’adaptation des comportements pouvant être influencée par une aide extérieure.
Capacité d'utilisation des innovations technologiques et des connaissances technologiquesCapacité à répondre à des changements significatifs, à court puis à moyen terme, en adaptant les ressources et les compétences existantes aux nouveaux systèmes et conditions d'exploitation après un aléa, qu'il se soit produit ou non au sein du système et ce, en ayant recourt à des connaissances et de nouvelles technologies (NTIC, etc.).
Capacité d’auto-organisation et d'innovation socialeCapacité de fonctionner à un niveau beaucoup plus élevé que prévu, compte tenu des capacités de chaque individu et des expériences antérieures pour améliorer leur protection et leurs mesures de réduction des risques dans l’avenir et de mettre en lumière des particularités mises de l'avant par les acteurs individuels et collectifs.
Processus d’apprentissageSe mesure par le degré auquel le système social est capable de s'organiser pour augmenter sa capacité d'apprendre des catastrophes passées et ainsi d’améliorer son auto-organisation et ses capacités d’anticipation, d’innovation et d’adaptation des comportements.
Capacité d’acceptation et anticipation des moyens pour s'adapterPeut être définie comme une réponse consciente à la perception d’une incertitude significative. Les attitudes face au risque peuvent s’échelonner entre le rejet systématique (revient à craindre l’incertitude), la tolérance ou l’acceptation (pas de position forte et tranchée) et la recherche délibérée (accueillir, voire s’exposer à l’incertitude).
(Plante, 2012)

Tableau 3. Variables et indicateurs de mesure de la capacité d’adaptation d’une communauté

Thème

Variable

Indicateur

Source

Justification

Société

Équité de l’éducation

Rapport du % de la pop. avec un diplôme postsecondaire au % de la pop. sans aucun diplôme

Norris et al., 2008; Morrow, 2008

Concentration de la population éduquée, indicateur de disparité sociale

Âge

% de la population < 65 ans

Morrow, 2008

Meilleures perspective d’adaptation, plus de facilité à adopter des changements

Accès au transport

% de la population possédant un véhicule

Tierney, 2009

Accès à un moyen de transport personnel et flexible

Capacité de communication

% de la population possédant une connexion téléphonique

Colten et al., 2008

Capacité à recevoir/transmettre de l’information

Compétences linguistique

% de la population pouvant s’exprimer dans au moins une des langues officielles

Morrow, 2008

Capacité essentielle à la compréhension des informations sur l’adaptation aux risques

Besoins spéciaux

% de la population sans handicap sensoriel, moteur ou intellectuel

Heinz Center, 2002

Une forte concentration (ex. un centre de soin longue durée) implique l’attribution de plus de ressources pour l’adaptation

Santé psychologique

Nombre de psychologues par 10 000 hab,

Inspiré de Norris et al., 2008

Aspect important et souvent négligé pour renforcer la stabilité et la résilience

Revenu et activité économique

Capital immobilier

% de propriétaires occupants

Norris et al., 2008, Cutter et al., 2008

Capacité de générer du capital (par une hypothèque, par exemple) afin d’entreprendre des mesures d’adaptation

Emploi

% de la pop ayant un revenu d’emploi

Tierneay et al., 2001

Part de la population pouvant compter sur un revenu stable

Revenu et inégalité

Coefficient de GINI

Norris et al., 2008

Mesure de la disparité des revenus de la population

Diversité économique

% de la pop non employé dans les industries d’extraction, les pêcheries, la foresterie ou l’agriculture

Berke et Campanella, 2006 ; Adger, 2000

Industries par définition plus exposées aux conséquences des aléas

Participation économique des femmes

% de femmes employées dans la pop active

NRC, 2006

Inclusion social, apport de revenus plus élevés, et capital social par le réseautage

Taille des entreprises

Rapport grandes entreprises/petites entreprises

Norris et al., 2008

Concentration de l’emploi et de l’économie

Endettement des ménages

Taux d’endettement des ménages

Équipe de recherche

Capacité des ménages à essuyer des pertes monétaires/emprunter pour le rétablissement

Institutions

Mitigation

Présence/absence d’un règlement de concordance avec la PPRLPI, version 2006

Équipe de recherche

Autorités proactives, respectant les délais d’adoption

Mitigation

% de la pop couverte par un plan de réduction des risques récent

Burby et al. 2000, Godschalk, 2007

Autorités sensibilisées à la question des risques

Mitigation

Présence/absence d’un programme citoyen de préparation et réponse en cas de sinistre

Godschalk, 2003

Intérêt dans la communauté de prendre des initiatives de préparation et d’adaptation

Mitigation

Présence/absence plan de mesures d’urgence

Équipe de recherche

Autorités sensibilisées à la question des risques

Mitigation

% de la pop participant à un programme communautaire d’évaluation du risque inondation

Godschalk, 2003

Intérêt dans la communauté de prendre des initiatives de préparation et d’adaptation

Mitigation

Présence/absence d’un organisme de bassin versant

Inspiré de Godschalk, 2003

Initiative multipartite visant la transparence et la coopération dans la gestion des eaux

Fragmentation politique

Nombre de niveaux d’administration et de décision

Norris et al., 2008

Degré de complexité de l’administration

Rétablissement

Présence/absence d’un programme d’adaptation ou d’immunisation des propriétés

Équipe de recherche

En l’absence d’assurance privée contre les inondations, un moyen d’obtenir un dédommagement

Adaptation/immunisation

Présence/absence d’un programme d’adaptation ou d’immunisation des propriétés

Équipe de recherche

Intérêt dans la communauté de prendre des initiatives de préparation et d’adaptation

Milieu physique et infrastructures

Type d’habitation

% des habitations qui ne sont pas des maisons mobiles

Cutter et al., 2003

Car sans fondations, elles sont facilement endommagées

Potentiel pour l’accès/l’évacuation

Km de routes artérielles par km2

NRC, 2006

Accès à la zone, mais aussi plus de flexibilité pour l’adoption de mesures structurelles d’adaptation

Offre d’hébergement d’urgence

Présence/absence d’établissements hôteliers dans la zone d’étude hors zone inondable

Tierney, 2009

Élément essentiel d’un plan de préparation aux sinistres

Tenure des zones potentiellement inondables

Taux de parcs/espaces verts sur la superficie potentiellement inondable

Équipe de recherche

Les parties publiques peuvent plus facilement faire l’objet d’aménagement pour en faire des zones tampons ou de rétention des crues

État de la zone iondable

% de la rive bétonnée

Équipe de recherche

L’artificialisation des berges est reconnu comme étant dommageable pour les milieux aquatiques, et peut amplifier les effets en aval d’une inondation

Capital communautaire

Attachement à la localité

Migration internationale nette

Morrow, 2008

Part de la population nouvellement arrivée, moins de liens avec les réseaux locaux, moins de connaissance des risques

Attachement à la localité

% de la pop née dans la région et y résidant toujours

Vale & Campanella, 2005

Esprit communautaire ;

Connaissance et diffusion d’information plus fine sur les risques naturels

Participation politique

% de participation à la dernière élection générale

Morrow, 2008

Mesure de l’intégration à la vie politique

Implication communautaire

Nombre d’organisations communautaires par 10 000 hab.

Murphy, 2007

Mesure de la participation citoyenne

Source : Thomas et al., 2012

Section particulière sur les écosystèmes aquatiques

Pour les écosystèmes aquatiques, ce sont souvent les mêmes types de mesures que sont utilisées. Celles-ci sont présentées dans le tableau suivant :

Tableau 4. Exemples de mesures de compensation et d'adaptation pour les écosystèmes auqatiques

Type d'écosystème aquatiqueExemples de mesures de compensation et d'adaptation
Espèces de poisson

Protection / restauration du territoire

  • Lois et réglementation
  • Pratiques agricoles en marge des cours d’eau
  • Bande riveraines
  • Conservation volontaire

Corridors de dispersion

Protection / restauration / gestion des habitats

  • Lois et réglementation
  • Qualité de l'eau
  • Débit écologique

Plan de protection / gestion / rétablissement d'espèce

  • Lois et réglementation
  • Réseaux d'aires protégées
  • Permis de pêche
  • Éducation des utilisateurs / pêcheurs
Sites d'intérêt (lac, rivière, ruisseau) et milieux humides
  • Régulation des prélèvements en eaux souterraines et en eaux de surface
  • Usages durables du sol
  • Mesures de restauration, conservation et compensation

Étape 4 : Identifier les scénarios futurs à considérer

Il s’agit, à cette étape, de vérifier si des données sur des scénarios climatiques futurs sont disponibles au niveau régional. Bien que peu de données de cette nature existent, il est toujours possible de s’en remettre aux grandes tendances québécoises afin d’avoir un aperçu de la variabilité à venir.

Des données relatives aux scénarios futurs sont disponibles sur la plateforme de visualisation des scénarios climatiques d’Ouranos et sur la plateforme Web de l’Atlas hydroclimatique du Québec méridional.

Aussi, à cette étape, les planifications des divers gestionnaires en lien avec le système considéré seront à inventorier puisque certaines d’entre elles pourraient amplifier la vulnérabilité comme il sera discuté au diagnostic.

Il est possible de réaliser cette étape par le biais de méthodes d’exploration de scénarios. Par la considération de différents scénarios, ces méthodes participatives permettent une réflexion sur le futur souhaité par la communauté à l’égard de différents éléments, dans ce cas-ci, l’adaptation aux changements climatiques. Ces méthodes permettent aussi de considérer un plus large éventail de possibilités.

Vous trouverez plus d’information à ce sujet dans la boîte à outils sur la participation citoyenne du ROBVQ au lien suivant : www.robvq.qc.ca/guides/consultation_publique/implication#atelier.

Voici un exemple de données disponibles sur les scénarios futurs :

Scénarios futurs
  • Aucun scénario futur précis pour la région
  • Grandes tendances pour le Québec à l’horizon 2050 :
    • récurrence 50 ans = 30 ans
    • récurrence 20 ans = 10 ans
    • récurrence 10 ans = 2 ans
  • Projet de développement domiciliaire à proximité de la zone inondable