Mise à jour

Cette page a été mise à jour le samedi 29 novembre 2014.

Personne-ressource

Pauline Marquer

(418) 800-1144 #8

Écrivez-moi

Le Guide

La participation citoyenne et l’acceptabilité sociale

La participation citoyenne et la GIEBV

Le spectre de la participation citoyenne

2.1 Acceptabilité sociale comme objectif et mode de travail

C’est en passant par l’acceptabilité sociale que l’on amènera les gens à s’investir dans nos projets. L’inverse est aussi vrai puisqu’une population qui participe à l’élaboration d’un projet en acceptera fort probablement les fondements. La gestion intégrée de l’eau par bassin versant telle que mise en place dans la dernière décennie au Québec n’étant pas nécessairement bien connue et/ou comprise, c’est probablement en incitant d’abord les populations à participer que nous parviendrons à un niveau d’acceptabilité social suffisant pour impliquer davantage encore de population (voir le cycle de Jones).

La GIEBV: un enjeu d'acceptabilité sociale

La gestion intégrée de l’eau par bassin versant répond aux particularités qui font d’un enjeu qu’il en est un d’acceptabilité sociale. Il est donc important de garder à l’esprit ces particularités comme étant les fondements mêmes de notre travail, dans la mesure où elles expliquent le besoin d’acceptabilité sociale qui y est associé. En ce sens, il est essentiel pour les OBV du Québec de travailler à l’acceptabilité sociale de leur mission plutôt qu’à leurs actions. Le tableau suivant présente ces particularités et fait le lien avec leurs pendants de la GIEBV.

Figure 1. La GIEBV un enjeu d’Acceptabilité sociale

GIEBV: un enjeu d'acceptabilité sociale