Mise à jour

Cette page a été mise à jour le lundi 11 janvier 2016.

Personne-ressource

Pauline Marquer

(418) 800-1144 #8

Écrivez-moi

Le Guide

La participation citoyenne et l’acceptabilité sociale

La participation citoyenne et la GIEBV

Le spectre de la participation citoyenne

4.1 Information

4.1.1 Concepts

À ce premier niveau du spectre de la participation, on fait référence à des modes de communication unidirectionnels qui ne permettent pas de rétroaction de la part du public. On y inclut la simple information à la population, la promotion d’évènements ou de l’OBV lui-même, la sensibilisation et l’éducation relative à l’environnement. Sans être de la véritable participation, ces mécanismes peuvent être des prérequis par ailleurs indispensables.

Par exemple, si le but est simplement d’informer la population en début d’implantation d’un OBV, pour faire part à la population de la raison de l’existence de l’OBV ainsi que l’explication de ses mandats, l’interaction avec les citoyens sera minime et la communication sera unidirectionnelle. L’information à la population est une forme de communication importante, mais on doit faire bien attention au moment où l’on choisit de faire cette activité, car si cette démarche est sélectionnée alors qu’on aurait dû préférer une consultation ou une autre forme de participation plus engageante, la démarche risque d’entraîner plus de frustrations que d’effets positifs.

Pour mettre en contexte et expliquer rapidement la GIEBV, les OBV et les PDE, proposer aux citoyens de parcourir ces pages: Il était une fois... la GIEBV au Québec, la Foire aux questions.

Pour Beauchamp (1997 : 60), «quiconque veut faire du public un partenaire devrait poursuivre sans relâche une politique d’information et de communication».

Il faut faire attention à la façon de communiquer l’information. Bien souvent, et malheureusement, l’information vise à inquiéter, à rassurer ou à convaincre, ce qui dépasse largement l’objectif de l’information. Le but ultime de l’information est simplement de permettre à un public visé de comprendre et de vérifier les sources pour en arriver à un jugement personnel éclairé (Beauchamp, 1997 : 60). D’ailleurs, dans la section «Analyse des acteurs de l’eau» du guide du Guide d’élaboration d’un plan directeur de l’eau (Gangbazo 2011), un degré de participation supplémentaire est identifié, soit la persuasion. À ce niveau, on tente davantage de convaincre ce qui ne favorise pas nécessairement la participation citoyenne.

Selon la Banque Mondiale (1994), la communication environnementale est «un processus social tout autant qu’un processus éducationnel... la conception délibérée et systématique, le développement, l’évolution et la transmission de messages objectifs, dans un aller-retour entre l’émetteur et le récepteur, basé sur les données scientifiques couramment disponibles et sur les attentes grandissantes du public, conçu pour aider les individus tout autant que les groupes dans leur effort pour résoudre les problèmes environnementaux actuels, prévenir les problèmes à venir et assurer un développement durable».

4.1.2 Objectifs

4.1.3 Outils

On inclut au stade de l’information tous les outils servant à des activités d’information à la population, de sensibilisation, d’éducation relative à l’environnement (ERE), ainsi que la promotion d'événements ou de l’OBV lui-même par le biais de publicités.

Sites WebActivités en classe
Communiqués de presseOutils de sensibilisation
Bulletins de liaisonPublireportage
PublicitésDocuments d’information vulgarisée
Carrousel

Activités en classe

Communiqués de presse

Outils de sensibilisation

Publireportage

Façons de rendre les outils et l’information disponibles :

Documents d'information vulgarisée

Carrousel