Mise à jour

Cette page a été mise à jour le samedi 29 novembre 2014.

Personne-ressource

Pauline Marquer

(418) 800-1144 #8

Écrivez-moi

Le Guide

La participation citoyenne et l’acceptabilité sociale

La participation citoyenne et la GIEBV

Le spectre de la participation citoyenne

3.2 Cycle de Jones : un bon exemple de démarche

Le cycle de Jones (voir la figure 3) représente bien la philosophie de gouvernance participative (c’est-à-dire de faire la gestion intégrée de l’eau par bassin versant en impliquant le plus possible les acteurs de l’eau et la population) que prône la Politique nationale de l’eau du Québec ainsi que le ROBVQ. Bien que ce cycle ait été pensé dans le cadre d’un programme de suivi d’un bassin versant, il est possible de l’utiliser dans le contexte de la participation citoyenne.

Figure 3. Le cycle de Jones

Graphique sur l'implication citoyenne

La clé est la même que dans le cadre d’un programme de suivi d’un bassin versant, soit un équilibre entre les quatre étapes du cycle où les acteurs sont constamment interreliés.

Voici le cycle de Jones de manière plus détaillée et appliquée à la réalité des OBV.

Il est très important de noter que les deux premières étapes se font parallèlement, soit la collecte des données scientifiques tout en consultant la population sur ses perceptions dans le but de faire le portrait le plus complet possible du territoire. L’idée n’est pas d’imposer le savoir scientifique à la population mais bien de joindre ce savoir aux perceptions locales. Il est primordial de récolter les perceptions car cela favorisera la participation citoyenne pour la suite des événements.

Cette étape outrepasse la seule consultation publique, elle constitue en quelque sorte le début de la mise en oeuvre du PDE et de son plan d’action par les acteurs de l’eau et de la population. La mise en oeuvre du PDE se fait ensuite jusqu’à ce qu’il y ait nécessité de faire une mise à jour du portrait du PDE et des perceptions de la population, ce qui entraînera ensuite une nouvelle priorisation des actions.

Le cycle peut ainsi se poursuivre sans arrêt puisque l’appui politique pourrait entraîner, par exemple, un financement accru ou le lancement d’études approfondies qui permettrait une meilleure acquisition de connaissances. Avec ces nouvelles données, le milieu scientifique serait en mesure de préciser certaines problématiques qui modifieront peut-être le portrait du PDE et les perceptions des gens et ainsi, le cycle de Jones continuera.

Le milieu politique pourrait aussi épauler les OBV et les acteurs de l’eau dans le développement de projets ou la mise en oeuvre d’actions, ce qui pourrait entraîner ici aussi un changement dans le portrait du PDE ou dans les perceptions de la population.

Il peut toutefois y avoir un certain délai avant que le cycle reprenne car il est important de laisser le temps aux projets de se mettre en oeuvre ou que de nouvelles problématiques émergent dans le bassin versant.

Pour plus d’informations concernant le cycle de Jones, vous pouvez consulter : Jones, C., R.M. Palmer, S. Motkaluk et M. Walters (2002). Watershed health monitoring : emerging technologies. Lewis Publishers. 227 pages