Éditions

Abonnement

Sainte-Luce met en valeur sa ressource en eau et ses activités agricoles

Écrit par Claudia Roy - Édition du 10 octobre 2017

Logo Sainte-LuceD’importantes concentrations de nitrite-nitrate ayant été relevées dans son bassin d’alimentation, la municipalité de Sainte-Luce s’est lancée en 2013 dans une démarche visant à assurer la qualité de son eau potable tout en valorisant les activités agricoles sur son territoire. C’est dans cette optique que la municipalité s’est dotée d’un plan d’action global orienté autour de quatre axes d’intervention.

L’acquisition des connaissances nécessaires à la mise en œuvre du plan d’action (1) a d'abord permis d’évaluer le risque associé au lessivage de l’azote et de réaliser des essais de différentes techniques aux champs. Afin d’assurer une mise en œuvre concertée du plan d’action (2), ce dernier favorise les partenariats techniques, financiers et de recherche dans une approche collaborative avec les acteurs du territoire. La mise en œuvre du plan de couverture végétale (3) a quant à elle mené à la plantation de près de 8 000 arbres et arbustes ainsi qu’au reboisement de sept hectares de terres cultivées. Enfin, afin d’adapter les pratiques agricoles et résidentielles, le projet vise l’intégration de nouvelles pratiques agroenvironnementales dans la région : cultures de couverture intercalaires, haies brise-vent favorables à la faune, amélioration de la santé des sols, etc..

Ce projet, coordonné par l’entreprise Terre-Eau inc., reçoit le soutien de nombreux partenaires incluant le club agroenvironnemental Agro-Futur Matane, la Fondation de la Faune du Québec, l’organisme de bassin versant du Nord-Est du Bas-Saint-Laurent (OBVNEBSL), le réseau Agriconseil, ainsi que le ministère de l’Alimentation, des Pêcheries et de l’Agriculture du Québec (MAPAQ). La participation active des entreprises agricoles contribue aussi grandement au succès du projet qui implique sept entreprises couvrant plus de 90 % du territoire cultivé. 

Les réalisations se succèdent et la qualité de l’eau montre des signes d’amélioration. Cette année, un troisième milieu humide pour la sauvagine a été aménagé afin d’améliorer non seulement la qualité de l’eau, mais également la biodiversité en milieu agricole.

Pour en savoir davantage sur le projet, consultez la fiche du projet sur le répertoire de bonnes pratiques en gestion de l’eau - le Répert'EAU - et le reportage réalisé par la Fondation de la Faune du Québec.

Article suivantListe des articlesArticle précédent