Éditions

Abonnement

Abrinord innove dans la communication des données sur l'eau avec leur application iEAU

Écrit par Abrinord - Édition du 28 septembre 2018

iEAULe 6 juillet dernier, l’Organisme de bassin versant de la rivière du Nord (Abrinord) a dévoilé une nouvelle application Web interactive: iEAU. Celle-ci vise à faciliter la diffusion des résultats de son Programme de suivi de la qualité des cours d’eau, qui inclut 62 stations d’échantillonnage.

L’application présente un contenu visuel riche qui offre une compréhension facile et pratique des résultats de qualité de l’eau sur le territoire de l’organisme de bassin versant. Les différents onglets permettent de naviguer à travers les données actuelles et historiques, ainsi que d'explorer le parcours d’échantillonnage en photos. Grâce aux jauges, histogrammes, cartes et analyses spatio-temporelles, les utilisateurs peuvent dorénavant voir en un coup d’oeil l'état ponctuel des cours d’eau et l’évolution de la qualité de l’eau dans le temps et l’espace, selon les données brutes compilées mensuellement.

En plus des résultats de qualité de l’eau présentés pour chacune des stations d’échantillonnage, on y retrouve des analyses par sous-bassin versant, ainsi que les résultats obtenus par temps sec et par temps pluvieux, ces derniers pouvant être associés à un apport accru en contaminants vers les cours d’eau.

« Au fil du temps, l’organisme n’a cessé d’évoluer dans la façon de diffuser les données de qualité de l’eau afin que tous les acteurs de l’eau puissent être mieux informés et puissent prendre des décisions plus éclairées concernant la gestion de l’eau et les usages qu’on fait de cette ressource », souligne Mathieu Madison, président d’Abrinord.

Le suivi de la qualité de l’eau, d’hier à aujourd’hui

Le Programme de suivi de la qualité des cours d’eau d’Abrinord a débuté en 2010, avec pour objectif de pallier le manque de connaissances concernant la qualité de l’eau de la rivière du Nord et de ses principaux tributaires.

Le programme a depuis été mis à jour et vise dorénavant à évaluer la qualité de l’eau en fonction de l’occupation et de l’usage du territoire. Il permet donc une meilleure compréhension des sources potentielles de contamination, et ce, dans une perspective de santé publique.

Article suivantListe des articlesArticle précédent