Éditions

Abonnement

Le Centre des technologies de l'eau et le ROBVQ unissent leurs forces

Écrit par Caroline Gagné - Édition du 27 mai 2019

Le CTE et le ROBVQ signe une entente de partenariatLe 2 avril dernier, le Centre des technologies de l’eau (CTE) et le Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ) ont officiellement signé, au Centre culture et environnement Frédéric Back de Québec, une entente de collaboration concernant le développement et le transfert de connaissances sur les technologies de l’eau.

« Les missions de nos organismes sont étroitement liées », a souligné d’entrée de jeu Antoine Verville, directeur du ROBVQ. « Le mariage était pour nous naturel et permettra que le développement technologique se fasse avec et pour les acteurs de l’eau », a-t-il expliqué avant d’élaborer sur le contenu de l’entente.
 
Concrètement, le CTE s’est engagé à accompagner le ROBVQ et les OBV du Québec dans le développement d’outils ou de positions concernant l’assainissement décentralisé, la gestion durable des eaux pluviales ou toute autre technologie de l’eau suscitant un intérêt partagé par les deux organisations et à faire appel à l’expertise des OBV pour le développement de projets pilotes, d’expérimentations et de validations de technologies.
 
En contrepartie, le ROBVQ a promis d’appuyer le CTE dans sa recherche de lieux et de partenaires pour la réalisation de ses projets.
 
De plus, les organisations ont convenu d’unir leurs forces pour promouvoir les technologies de l’eau présentant un résultat démontré pour l’amélioration de la santé des écosystèmes aquatiques et de travailler de concert pour offrir aux OBV certaines formations sur les technologies de l’eau.

« Pour le CTE, l’entente représente un positionnement important au niveau de l’eau », a expliqué Édith Laflamme, directrice du CTE. « Nous sommes un centre collégial de transfert technologique avec la mission de travailler avec l’eau. C’est donc important pour nous de faire un rapprochement avec le ROBVQ et les organismes de bassins versants pour qui c’est aussi le métier de travailler avec l’eau », a-t-elle poursuivi.

« Les 40 organismes de bassins versants du Québec ont comme mode de travail la concertation, la mobilisation des acteurs du territoire, la coconstruction de solutions innovantes. C’est donc pour nous un grand plaisir de signer une entente avec une organisation qui semble avoir ces mêmes façons de travailler », a conclu M. Verville.

Article suivantListe des articlesArticle précédent