Éditions

Abonnement

Le ROBVQ dépose un mémoire sur l'utilisation des pesticides au Québec

Écrit par Sébastien Cottinet - Édition du 26 août 2019

mémoire du ROBVQ sur l’utilisation des pesticidesLe 26 juillet dernier, le Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ) déposait un mémoire sur l’utilisation des pesticides à la Commission de l'agriculture, des pêcheries, de l'énergie et des ressources naturelles. Cette démarche s’inscrit dans le cadre d’un mandat d’initiative qui permettra aux commissaires de dresser un portrait de la situation des pesticides au Québec incluant: les lois, les règlements, la gestion de la recherche et surtout l’état des connaissances dans le domaine.

Étant donné l’impact direct des pesticides sur la qualité de l’eau de consommation et sur les écosystèmes, notamment en zones agricoles, le ROBVQ et les Organismes de bassins versants du Québec (OBV) ont présenté leurs recommandations à la commission. Voici une synthèse des éléments qui ont été retenus pour réduire l’utilisation des pesticides au Québec:

1- Utiliser l’approche écosystémique
À l’image de la gestion de l’eau par bassin versant, la compréhension d’un sujet complexe comme celui de l’utilisation des pesticides et leurs impacts se doit d’être écosystémique. En effet, cette pratique touche autant le domaine social, environnemental qu’économique et il apparait primordial que les décisions qui s’y rattachent tiennent compte de tous ces aspects.

2- Appliquer les lois
Les cadres législatifs provincial et fédéral offrent un encadrement clair sur l’utilisation des pesticides. Cependant, le manque de ressources sur le terrain rend leur application difficile. Il serait judicieux de voir à optimiser l’encadrement des pratiques actuelles et d’assurer un accompagnement auprès des utilisateurs avant d’alourdir le cadre règlementaire.

3- Améliorer les connaissances
Le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) fait un suivi rigoureux de la présence des résidus de pesticides dans les eaux de surface au Québec depuis quelques dizaines d’années. Bien que ce suivi permette de noter les variations dans la présence de ces substances, la compréhension des impacts de celles-ci sur la santé et les écosystèmes reste incomplète. Il serait impératif de mieux comprendre les perturbations possibles causées par les pesticides, particulièrement lorsqu’on les retrouve en combinaison multiple (effet « cocktail »).

Des consultations publiques auront lieu à l’automne 2019. D’ici là, vous pouvez consulter le mémoire sur le site du ROBVQ.

Article suivantListe des articlesArticle précédent