Éditions

Abonnement

Évaluation du potentiel de franchissement des obstacles par les carpes asiatiques : une fructueuse collaboration entre le MFFP et les OBV!

Écrit par Rémy Pouliot, MFFP - Édition du 26 août 2019

Crue à la rivièvre LacolleUne collaboration entre le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) et des organismes de bassins versants (OBV), financée par les fonds accordés dans le cadre du Programme québécois de lutte contre les carpes asiatiques, a commencé en 2018. L’objectif est de caractériser finement le potentiel de dispersion des carpes asiatiques vers les eaux intérieures par l’utilisation des tributaires du fleuve Saint-Laurent.

Le travail effectué sur le terrain par les vingt OBV touchés a permis de collecter des données précises sur la configuration et le type d’écoulement de plusieurs obstacles naturels ou d’origine humaine le long de 52 rivières, entre la frontière ontarienne et le Bas-Saint-Laurent (dans une dizaine de régions administratives).

En 2018, plus d’une centaine d’obstacles ont été visités en période d’étiage et en condition de hautes eaux. Les données collectées par les OBV ont été intégrées dans une grille d’évaluation permettant d’estimer le degré de risques, selon la capacité de nage des carpes asiatiques, soit celle à franchir les obstacles et celle à se disperser vers l’amont des cours d’eau. Selon les conditions de la période d’étiage en 2018, il était peu probable que les carpes asiatiques puissent franchir près de 60 % des obstacles visités, ce qui est, somme toute, une bonne nouvelle.

Cette collaboration se poursuit en 2019. Les efforts sont maintenant concentrés sur les obstacles qui ont été déterminés comme présentant les risques les plus grands d’être franchis par les carpes asiatiques. Moins d’obstacles sont étudiés, mais la fréquence des visites est plus importante. Ainsi, une trentaine d’obstacles répartis sur le territoire de neuf OBV seront visités six fois entre la crue printanière et la fin d’octobre. Ces données permettront de raffiner l’analyse faite en 2018, afin de déterminer des périodes ou des conditions où les risques associés au franchissement d’obstacles sont les plus importants.

À plus long terme, ce travail de terrain contribuera à la réflexion pour déterminer des moyens pouvant modifier, temporairement ou en tout temps, l’accès aux carpes asiatiques, mais aussi à d’autres espèces aquatiques envahissantes, à l’amont de nos rivières sur les tronçons les plus à risque.

Le MFFP tient à souligner la contribution des OBV participant à ce projet!

Crédit photo: COVABAR OBV Richelieu/zone Saint-Laurent

Article suivantListe des articlesArticle précédent