Éditions

Abonnement

Un projet de caractérisation hors de l'ordinaire pour le COBALI: Collaboration avec des plongeurs!

Écrit par Caroline Collin, COBALI - Édition du 25 novembre 2019

PlongeursGrâce à une mobilisation exceptionnelle des acteurs du milieu, le Comité du bassin versant de la rivière du Lièvre (COBALI) a coordonné, cet été, au lac de l’Argile (municipalités de Val-des-Bois et de Notre-Dame-de-la-Salette), un des plus gros projets de caractérisation de son histoire, mettant même à profit des plongeurs!

C’est l’Association des propriétaires pour la protection du lac de l’Argile (APPLA) qui, désireuse de s’attaquer au problème du myriophylle à épi par une mesure de contrôle et dans un objectif de protection d’une espèce faunique, a fait appel au COBALI pour effectuer une caractérisation des herbiers du lac et pour l’élaboration d’un plan d’action. Il faut savoir que ce lac est désigné par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) «site faunique d’intérêt» en raison d’une exceptionnelle population de touladi. L’APPLA souhaite donc protéger ce poisson dont la reproduction peut être affectée considérablement par les effets du myriophylle à épi sur les frayères.

Le projet a donc réuni, en plus de l’APPLA et du COBALI, le MFFP, la Fondation de la Faune du Québec (bâilleuse de fonds), les deux municipalités concernées, une dizaine de plongeurs et plusieurs collaborateurs.

Pour le COBALI, c’était une première que de réaliser la caractérisation avec l’aide de plongeurs. Selon Pierre-Étienne Drolet, responsable du Plan directeur de l’eau (PDE), cette collaboration inédite a permis de dresser un portrait plus complet des herbiers, de les localiser de façon très précise, en plus d’aller chercher de l’information sur tout l’écosystème du lac. «On a aussi pu sensibiliser des plongeurs aux espèces envahissantes et les intéresser à toute la richesse de la flore de nos lacs!», précise-t-il. De plus, une découverte inattendue a été faite lors d’une plongée : une plante très rare à statut susceptible, la naïade olivâtre, dont c’est la première mention en lac au Québec!

Soulignons au passage que le lac de l’Argile est l’un des secteurs identifiés comme prioritaires dans le PDE. Le rapport sera bientôt disponible sur le site Web du COBALI.

Article suivantListe des articlesArticle précédent