Éditions

Abonnement

BVSM assure la qualité de l'eau des puits privés de la Mauricie

Écrit par Ariane Cyr, BVSM - Édition du 25 novembre 2019

Analyse de puits privésEn 2018, Bassin versant Saint-Maurice (BVSM) a rencontré 250 propriétaires de puits privés dans huit municipalités situées sur son territoire d’intervention afin de les sensibiliser aux recommandations à suivre pour une saine gestion de leur ouvrage de captage d’eau souterraine.

Résultant de la concertation entre 21 organismes et organisations de la Mauricie, ce projet, financé par le Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR), visait trois principaux objectifs :
1) Informer et sensibiliser les propriétaires de puits privés aux bonnes méthodes de protection et à l’importance de faire un suivi de leur qualité d’eau;
2) Accompagner les propriétaires de puits dans les méthodes d’échantillonnage de l’eau de consommation et de désinfection de leur puits;
3) Acquérir des connaissances en matière de qualité de l’eau souterraine sur le territoire de la Mauricie.

Des résultats inquiétants

Les échantillons, prélevés à même les robinets de cuisine selon le protocole présenté dans le Règlement sur la qualité de l’eau potable (Q-2, r.40), ont été envoyés dans un laboratoire accrédité afin d’analyser quatre paramètres bactériologiques (bactéries atypiques, coliformes totaux, bactéries entérocoques et bactérie Escherichia coli) et un paramètre physico-chimique (nitrites-nitrates).

Les analyses ont permis de mettre en lumière certaines problématiques. Tout d’abord, il a été constaté que la majorité des participants(es) (94%) qualifiait leur eau de bonne ou de très bonne qualité, et ce, généralement sans même avoir procédé à l’analyse de celle-ci. Or, 18 % des échantillons présentaient un dépassement des normes pour l’un ou l’autre des trois principaux paramètres bactériologiques, soit les bactéries atypiques, les coliformes totaux ou Escherichia coli. De plus, les résultats ont mis en évidence le fait que les puits de surface semblent être plus vulnérables à une contamination bactériologique, puisque 42 % d’entre eux présentaient un dépassement des normes de potabilité.

Les prochaines étapes

Actuellement, l’Organisme de bassins versants des rivières du Loup et Yamachiche (OBVRLY) et la Société d’aménagement et de mise en valeur du bassin de la Batiscan (SAMBBA) procèdent à la seconde phase de ce projet, soit à l’analyse de 500 puits privés situés sur leurs territoires d’intervention, ce qui permettra d’avoir un portrait plus étoffé de la situation dans la région de la Mauricie.

Le bilan du projet et des capsules vidéo sont disponibles au www.bvsm.ca/puits.

Article suivantListe des articlesArticle précédent