Éditions

Abonnement

Aménagements en gestion durable des eaux de pluie pour aider une espèce en péril

Écrit par Geneviève Richard, OBVRLY - Édition du 25 mai 2021 - Dossier spécial: Gestion durable des eaux pluviales (GDEP)

Maintenant que le Projet pour la conservation de l’habitat du dard de sable dans la rivière du Loup, initié en 2018 par l’Organisme de bassins versants des rivières du Loup et des Yamachiche (OBVRLY) est terminé, l’équipe dresse un portrait satisfaisant des actions réalisées. Ayant pour objectif d’atténuer les pressions anthropiques sur les habitats du dard de sable (Amocrypta pellucida), un poisson considéré menacé, divers types d’aménagements résidentiels ont été mis en place pour favoriser une meilleure gestion des eaux de ruissellement. Effectivement, le dard de sable est très sensible aux contaminants et aux sédiments pouvant être transportés par ces eaux.


Des cahiers personnalisés remis et des actions concrètes réalisées

Grâce aux 14 personnes participantes au volet résidentiel, autant de visites extérieures de propriétés ont eu lieu et de cahiers informatifs ont été remis. Divers types d’aménagements étaient proposés dans une optique de ralentir, répartir, capter et infiltrer l’eau de ruissellement.

Parmi les 9 propriétés résidentielles ayant réalisé des aménagements suite à la visite d’évaluation, plusieurs barils récupérateurs d’eau de pluie ont été installés et trois jardins de pluie ont été implantés.

Un important projet de déminéralisation a également permis de retirer 170 m2 d’asphalte et ainsi perméabiliser le sol. L’ajout de 60 arbres et arbustes sur la propriété permettra également de favoriser la captation et l’infiltration de l’eau de pluie dans le sol.

Une expertise et de l’aide financière très appréciées !

«Je souhaitais retirer de l’asphalte et revégétaliser depuis plusieurs années. Le projet m’a permis de diminuer les coûts de manière importante tout en bénéficiant de conseils pour favoriser la biodiversité et l’implantation d’espèces indigènes !», indique Stéphane Montmorency, propriétaire participant de Saint-Sévère.

«Nous avons été agréablement surpris d’apprendre que nous pourrions accéder à un financement de 80 % de nos aménagements afin de récupérer l’eau de pluie et limiter l’érosion de notre terrain grâce au projet et au soutien de l’OBVRLY», mentionne Sarah Cacoub, propriétaire participante de Saint-Léon-le-Grand.

Le projet est financé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec dans le cadre du volet 2 du programme Prime-Vert et par le Programme d’intendance de l’habitat de Pêches et Océans Canada.



Article suivant Liste des articles Article précédent