Sélectionner une page

Boîte à outils Plan directeur de l’eau (PDE)

Répertoire des indicateurs de changement de comportement

Introduction

L’un des objectifs visés par un Plan directeur de l’eau (PDE), et plus particulièrement par le plan d’action qui en découle, est de favoriser un changement de comportement chez les acteurs du territoire afin qu’ils adoptent de meilleures pratiques en gestion de l’eau.

En changement de comportement, il est visé de répondre à la question suivante : comment parvenir à réduire l’écart entre les attitudes et les intentions (la pensée) versus les comportements (l’action) d’un acteur?

Distinguer attitude et comportement

La littérature indique que, pour comprendre un comportement et son origine, il importe d’abord de saisir l’attitude qui le sous-tend. Dans ce contexte, « attitude » réfère à ce qu’un individu pense ou ressent face à diverses actions, situations ou faits. L’analyse de l’attitude permet de prédire les réponses observables de l’individu face aux actions, aux situations ou aux faits et donc, son comportement (Le comportement, réponse observable de l’attitude et de l’intention).

L’importance de bien connaître un acteur pour l’inciter à changer son comportement

Les raisons motivant l’adoption d’un nouveau comportement correspondent aux critères nous définissant. Par exemple, l’achat de produits biologiques peut se justifier pour des raisons de santé, d’éthique ou pour l’environnement. Ainsi, une même bonne pratique peut être soutenue par des raisons différentes.

Dans cette optique, pour modifier le comportement d’un acteur, il est essentiel de connaître l’attitude de l’acteur face à l’objet du comportement à modifier, ainsi que certaines de ses caractéristiques socio-économiques, sa notion de confort, ses habitudes et ses intérêts, lesquels orientent ses actions.

Trois principales raisons poussent généralement un individu à adopter un nouveau comportement

  • Raison économique
  • Raison matérielle
  • Raison éthique ou morale

Plusieurs obstacles peuvent toutefois freiner l’adoption d’un comportement

  • Matériel
  • Financier
  • Psychologique
  • Insuffisance de l’offre durable accessible
  • Inertie
  • Indifférence
  • Sentiment d’impuissance
  • Mauvaise perception des risques
  • Méfiance à l’égard du Greenwashing
  • Manque d’information, information mal communiquée

En résumé… En tant qu’OBV, comment faciliter l’adoption des bonnes pratiques chez les acteurs de vos territoires?

  • Connaître l’acteur visé
  • Comprendre son attitude
  • Offrir des comportements alternatifs accessibles
  • Diffuser des bonnes pratiques en utilisant les dynamiques de groupe
  • Communiquer par des messages positifs et réalistes

La théorie des stades du changement de comportement

Avant d’adopter un comportement, l’individu traverse une série de stades. Initialement, l’acteur n’a pas l’intention de changer de comportement, parce qu’il n’a pas conscience des répercussions négatives de celui-ci, qu’il ne souhaite pas le modifier, etc. (phase de précontemplation). Puis, il devient sensibilisé et envisage alors de modifier son comportement. Lors de cette phase (phase de contemplation), il ne passe généralement pas à l’action (pour une période pouvant aller jusqu’à deux ans), car il reste dans l’intention. Par la suite, l’acteur cherche à passer de l’intention à l’action en se dotant d’objectifs et de buts à atteindre (phase de préparation). Il entame des démarches pour mettre en oeuvre des actions. C’est dans cette phase que l’acteur a le plus besoin d’assistance et de support, un rôle que peut jouer l’OBV : transmission d’information, partage d’expertise, valorisation des bons coups, etc. Il est important de considérer que, même lorsque l’acteur a réalisé des actions au cours des six derniers mois (phase de l’action), sa persévérance dans le maintien de son bon comportement reste fragile. C’est lorsqu’il conserve son comportement depuis longtemps qu’il atteint le dernier stade du changement (phase de maintien).

Une évolution en spirale!

Le changement de comportement ne suit généralement pas un tracé aussi linéaire. L’acteur est susceptible de retomber dans une phase antérieure malgré son évolution. Toutefois, il ne perdra pas les acquis gagnés aux précédents stades qu’il a traversés.

Stades du changement de comportement

 

Le changement de comportement appliqué au plan directeur de l’eau

Le changement de comportement peut être utilisé à diverses fins dans le cadre de la mise en oeuvre d’un plan directeur de l’eau. On pourra entre autres chercher à apprécier les retombées d’une campagne de sensibilisation et évaluer si les personnes visées ont réellement modifié leurs pratiques.

On peut aussi utiliser le suivi de changement de comportement comme suivi indirect de performance environnementale, lorsqu’il s’avère trop complexe de procéder avec des indicateurs physicochimiques par exemple. Dans pareille situation, on pourrait évaluer le nombre d’agriiculteurs ayant diminué leurs apports en phosphore au cours d’eau par l’adoption de pratiques ageoenvironnementales, au lieu de mesurer le taux de phosphore dans le cours d’eau. À long terme, ce suivi devra être soutenu par des résultats de performance environnementale. Par contre, puisqu’il s’agit souvent de résultats observables sur le long terme, cette méthode nous permettra de comptabiliser les progrès réalisés au fil du temps et de démontrer l’impact de nos actions.

Répertoire des indicateurs de changements de comportement

NOTE : L’expression “Répertoire d’indicateurs” est ici employée sans qu’il y est pour autant une liste exhaustive de tous les indicateurs possibles. Une telle liste n’existe pas en raison de la multitude de possibilités. Cet outil rassemble néanmoins les priincipales “bonnes pratiques” associées à la gestion de l’eau par bassins versants. Des méthodes pour élaborer des indicateurs de changement de comportement sont également présentées.

Méthodes pour élaborer des indicateurs de changement de comportement

Les causes de problématiques des PDE sont généralement liées à de mauvaises pratiques en matière de gestion de l’eau dans les différents secteurs d’activités (agricole, forestier, municipal, etc.). Ainsi, les objectifs en découlant devraient viser à ce que celles-ci soient modifiées.

Méthode simplifiée

La façon la plus simple de suivre pareil objectif est, comme dans l’exemple suivant, de mesurer le nombre d’individus qui ont adopté la bonne pratique ou le comportement sur une échelle de temps donnée et dans un secteur précis. Il faudra bien évidemment être en mesure d’obtenir cette information au moment voulu.

Objectif D’ici 20XX, augmenter de Y% le nombre de producteurs agricoles qui pratiquent le semis direct dans la région Z.
Exemple d’indicateur Nombre de producteurs agricoles ayant adopté le semis direct

Bien entendu, ce type d’indicateur pose de nombreuses limites, dont la principale est qu’il ne permet pas de corréler avec certitude l’adoption d’une pratique aux actions entreprises en ce sens. D’ailleurs, ce type d’indicateur s’apparente à ceux utilisés dans le cadre d’un suivi administratif, mais il importe de préciser que dans ce cas-ci, il est à tout le moins rattaché à un comportement à modifier ciblé dans l’objectif et non à une action.

Méthode des stades de changement de comportement

Tel qu’expliqué dans l’introduction de ce répertoire, il est préférable lorsque c’est possible d’effectuer un suivi plus poussé du changement de comportement afin de pouvoir établir des liens avec les actions entreprises et d’en apprendre davantage sur l’évolution des acteurs ciblés et sur le maintien ou non des bonnes pratiques sur le long terme.

Ainsi, il est possible de déterminer des indicateurs pour chacun des stades de comportement. Le suivi qui en découlera permettra de déterminer avec plus de précision le nombre d’individus de notre public cible passant d’un stade à l’autre mais aussi de mieux comprendre les freins empêchant certains de passer à un stade supérieur ou à maintenir le comportement. Bien entendu, ce type de suivi implique une tâche de travail plus importante et l’utilisation d’outils tel que des sondages, des entretiens, etc.

Voici un exemple appliqué aux changements de pratiques des municipalités à l’égard de l’application du Q2-R22. Bien entendu, le choix des indicateurs peut varier en fonction du contexte.

Objectif D’ici 20XX, augmenter de X le nombre de municipalités “passant à l’action à court terme” dans l’application du Q2-R22.
Exemple d’indicateur Nombre de municipalités ayant augmenté l’effectif d’inspection pour la prochaine saison estivale

Ce type de suivi a aussi ses limites, dont le fait que le choix des indicateurs pour chacun des stades pourra s’avérer complexe. En effet, dans différents contextes, ce ne sera pas nécessairement les mêmes éléments qui démontreront le stade de comportement auquel notre public cible adhère. Dans l’exemple précédent, pour considérer une municipalité comme étant “en voie d’être active”, on a choisi l’indicateur “avis à la population pour les informer”. Un autre indicateur pourrait aussi bien démontrer la même volonté de devenir plus active. Il sera alors pertinent de considérer une certaine flexibilité à l’égard de ces indicateurs.

Méthode des stades de changement de comportement avec plusieurs critères d’évaluation

Afin de réduire le plus possible les limites posées par les méthodes précédentes, il est possible de se doter d’un suivi des stades de changement de comportement avec plusieurs critères d’évaluation. Ainsi, différents critères ou une combinaison de ceux-ci pourrait attester d’un stade de comportement et constituer notre indicateur. Cette façon de faire permet de comprendre encore plus en détails l’évolution des publics cibles à l’égard de bonnes pratiques.

Voici un exemple qui avait été développé dans le cadre du suivi de la distribution d’arbres:

Objectif D’ici 20XX, augmenter de X le nombre de riverains “passant à l’action à court terme” dans l’aménagement de leurs berges dans le sous-bassin Y.
Exemple d’indicateur Nombre de riverains ayant une bande riveraine bien aménagée.

Dans cet exemple, on pourrait considérer que plusieurs critères doivent être respectés simultanément afin qu’un individu soit considéré à un certain stade de comportement. Ainsi, dans l’exemple complété ci-dessous, on pourrait qualifier l’individu concerné comme étant dans la catégorie “passant à l’action à court terme” en raison d’un nombre suffisant de critères respectés (notez que cette grille est construite de manière progressive, c’est-à-dire que les éléments acquis à un stade inférieur sont nécessairement acquis au stade suivant).

Cette dernière méthode pose aussi ses limites en raison de la subjectivité des évaluateurs et des concepteurs des indicateurs, qui peuvent influencer d’une manière ou d’une autre les résultats. Par contre, en suivi de changement de comportement, il est à toute fin impossible de prétendre détenir une démarche infaillible. Il est tout de même possible de réduire le biais que pourrait occasionner cette méthode en la combinant toujours à des entretiens avec le public cible ou des sondages, etc. Il est aussi important de bien se renseigner sur les pratiques que l’on souhaite voir modifiées. En effet, il est toujours préférable d’appuyer notre choix d’indicateurs avec de la littérature scientifique. Quelques références sont d’ailleurs fournies pour la plupart des pratiques présentées à la prochaine section.

Répertoire des bonnes pratiques par secteurs d’activité

Tel que mentionné à la section précédente, la plupart des problématiques identifiées dans les PDE ont comme causes de mauvaises pratiques dans plusieurs secteurs d’activités. Différents acteurs peuvent être à l’origine de celles-ci, notamment des citoyens, des municipalités, des entreprises, etc. Chacun des tableaux qui suit présente donc plusieurs bonnes pratiques en gestion de l’eau en fonction des secteurs d’activités et des acteurs interpellés.

Les pratiques sont traitées comme les causes associées à une problématique et un exemple d’objectif est présenté à chaque fois. En utilisant une des 3 méthodes présentées à la section précédente, il est possible de se concevoir des indicateurs de suivi de changement de comportement. Notez que les objectifs cités en exemple sont conçus pour le développement d’indicateurs avec la méthode simplifiée étant donné que la majorité des OBV fonctionnent avec ce type d’indicateurs.Étant donné que sur le long terme un suivi de changement de comportement devrait être soutenu par des résultats de performance environnementale, les indicateurs associés de performance environnementale sont également présentés.

Secteur municipal : public cible municipalités
Exemple de problématique Exemple de mauvaise pratique (cause) Exemple de bonne pratique Exemple d’objectif Indicateur de performance environnementale associé Références
Limitation de l’accès public aux plans d’eau Inexistence de sites récréatifs aménagés en bord de l’eau (exemple : rives bétonnées) Intégrer l’aménagement de sites récréatifs autour des plans d’eaux dans le schéma d’aménagement et de développement des MRC. D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de MRC intégrant l’accès au plan d’eau à leur schéma d’aménagement et développement dans la région Z. N.A Politique Nationale de l’eau
Contamination de l’eau de surface et/ou souterraine provenant des fosses septiques Résidents ayant des fosses septiques non conformes aux normes établies par le règlement Q2.R22 Faire exécuter le règlement Q-2, r. 22. relatif à la mise aux normes des fosses septiques des résidences isolées. (obliger les résidents à se conformer aux normes) D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de municipalité exécutant le règlement Q-2, r. 22. relatif à la mise aux normes des fosses septiques des résidences isolées dans la région Z. Concentration de phosphore total, d’azote total, en coliformes fécaux, MES, COD. Règlement sur l’évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées Q-2, r. 22.
Contamination de l’eau de surface et/ou souterraine provenant des fosses septiques Fréquence de vidange insuffisante des fosses septiques Faire respecter la fréquence de vidange exigée par le règlement Q-2, r. 22. et/ou mettre en place un programme de collecte systématique des fosses septiques. D’ici 20XX, augmenter de Y% le nombre de municipalités faisant respecter la fréquence de vidange exigée par le règlement Q-2, r. 22. ou mettant en place un programme de collecte systématique des fosses septiques dans la région Z. Concentration de phosphore total, d’azote total, en coliformes fécaux, MES, COD. </ td> Règlement sur l’évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées Q-2, r. 22.
Contamination de l’eau de surface et/ou souterraine provenant des fosses septiques Fosses septiques désuètes ou défectueuses non remplacées</ td> Mettre en place un programme de financement pour le remplacement des fosses septiques désuètes, défectueuses ou non conformes destiné aux personnes à faible revenu. D’ici 20XX, augmenter de Y% le nombre de municipalités ayant mis en place un programme de financement pour le remplacement des fosses septiques désuètes, défectueuses ou non conformes destiné aux personnes à faible revenu dans la région Z. Concentration de phosphore total, d’azote total, en coliformes fécaux, MES, COD.  
Contamination des eaux de surface en raison d’une mauvaise gestion des eaux de ruissellement contribuant au débordement d’ouvrages de surverse </ td> Imperméabilisation des sols Aménager le territoire de manière à accroitre les surfaces perméables (utilisation de revêtements perméables pour les sols, implantation de bassins et lacs de rétention, etc.) D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de municipalités réalisant un aménagement du territoire permettant d’accroitre les surfaces perméables dans la région Z. concentration en MES, en phosphore en hydrocarbure Guide de l’urbanisme durable
Contamination des eaux de surfaces en raison d’une mauvaise gestion des eaux de ruissellement contribuant au débordement d’ouvrages de surverses La non valorisation des eaux de pluie Encourager les résidents à valoriser les eaux de pluie en mettant en place un programme d’aide financière pour l’achat de citernes de récupération d’eau de pluie ou des mesures incitatives à l’aménagement de toits verts, ect. D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de municipalités encourageant par des aides financières la valorisation des eaux de pluie. concentration en MES, en phosphore en hydrocarbures Règlement sur la protection des eaux contre les rejets des embarcations de plaisance
Érosion des berges causée par les embarcations à moteurs Plaisanciers naviguant à vitesse excessive induisant du batillage Adopter et faire respecter un code d’éthique de navigation limitant les vitesses de navigation à respecter. D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de municipalités qui font respecter les limitations de vitesses de navigation selon leur code d’éthique dans la région Z. Concentrations en MES Exemple de code d’éthique de lac
Prolifération d’espèces envahissantes véhiculée par les embarcations de plaisance Aucune précaution prise par les propriétaires d’embarcations pour limiter la prolifération des plantes envahissantes Adopter un code d’éthique de navigation portant sur les actions à respecter en vue de réduire la prolifération de plantes envahissantes (exemple: inspection et rinçage des embarcations avant leur mise à l’eau) D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de municipalités qui font respecter le rinçage systématique des embarcation avant la mise à l’eau dans la région Z. </ td> N.A  
Inondation des zones habitées Mauvaise gestion du territoire caractérisé par la présence de castors Mise en place d’un plan de gestion du territoire tenant compte de activités de castors. (mises en place d’actions préventives ou correctives remédiant aux problématiques causées par les activités des castors) D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de municipalités mettant en place un plan de gestion du territoire tenant compte des activités des castors dans la région Z. N.A  
Inondation des zones habitées Mauvaise gestion du territoire caractérisé par la survenue d’inondation imputables aux embâcles de glaces </ td> Mettre en place un programme d’observation et suivi des glaces et des niveaux d’eau en vue de prédire les inondations D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de municipalités un programme d’observation et suivi des glaces et des niveaux d’eau en vue de prédire les inondations dans la région Z. Débit de la rivière Guide sur les glaces fluviales
Inondation des zones habitées Développement résidentiels dans les zones inondables permis Limiter le développement dans les zones inondables et leurs environs au moyen de règlements municipaux D’ici 20XX, augmenter de Y les municipalités faisant respecter le règlement limitant le développement résidentiel dans les zones inondables dans la région Z N.A  
Dégradation de la qualité de l’habitat faunique causée par le déglaçage intensif des routes en hiver Mauvaise gestion des eaux de pluie contribuant au transport du sel de voirie Gestion durable des eaux de pluie en vue de diminuer le transport des sels de voirie D’ici 20XX, augmenter de Y % le nombre de municipalités pratiquant un entretien régulier des fossés routiers selon la méthode du tiers inférieur dans la région Z. Concentration en MES</ td>  
Contamination des eaux de surface, Sédimentation, eutrophisation des plans d’eau Mauvais entretien des fossés routiers Entretien régulier des fossés en utilisant la méthode du tiers inférieur D’ici 20XX, augmenter de Y % le nombre de municipalités pratiquant un entretien régulier des fossés routiers selon la méthode du tiers inférieur dans la région Z. Concentration en MES, en phosphore  
Contamination des eaux de surface, Sédimentation, eutrophisation des plans d’eau Aménagement insuffisant des fossés routiers pour limiter l’écoulement des eaux et améliorer la sédimentation dans les fossés Aménagement de barrière à sédiment, de bermes filtrantes, de trappes à sédiment en vue de réduire la vitesse d’écoulement des eaux et favoriser la sédimentation dans les fossés D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de municipalités mettant en place des aménagements en vue de réduire la vitesse d’écoulement des eaux et favoriser la sédimentation dans les fossés dans la région Z. Concentration en MES, en phosphore Gestion des fossés 1
Gestion des fossés 2
Gestion des fossés 3
Gestion des fossés 4
Contamination des eaux de surfaces, eutrophisation,
érosion des berges, dégradation de l’habitat aquatique
Mauvais aménagement de bandes riveraines Obliger l’aménagement des bandes riveraines en vertu du règlement 113 (12) de la LAU D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de municipalités obligeant l’aménagement des bandes riveraines en vertu du règlement 113 (12) de la LAU dans la région Z. Concentration en MES, en phosphore, en azote  
Qualité de l’eau potable Les exploitants du système d’approvisionnement en eau potable ne respectent pas les ajustements apportés au Règlement sur la qualité de l’eau potable Faire respecter le règlement sur la qualité de l’eau potable tenant compte des modifications apportées en 2012. D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de municipalités faisant respecter les modifications apportées au règlement sur la qualité de l’eau potable dans la région Z. Concentration de tous les paramètres de qualité de l’eau devant respecter les normes établies  
Conflit d’usage: surconsommation en eau potable par les golfs Utilisation excessive de l’eau potable pour l’arrosage des terrains de golf Mettre en place des incitatifs pour encourager la réduction des quantités d’eau potable utilisées pour l’arrosage des pelouses de golf au profit d’eaux recyclées. D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de municipalités mettant en place des incitatifs encourageant la réduction des quantités d’eau potable utilisées pour l’arrosage des pelouses de golf dans la région Z. N.A  
Contamination des eaux de surface et souterraines provenant des golfs Utilisation excessive de fertilisants et/ou de pesticides pour l’entretien des terrains de golf </ td> Adopter et faire respecter le règlement sur les pesticides et les engrais de synthèse D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de municipalités faisant respecter le règlement encadrant l’utilisation des fertilisants et des pesticides par les golfs dans la région Z. Concentration en azote total, en phosphore, en pesticides  
Destruction des milieux humides Remblayage des milieux humides Interdire systématiquement le remblai des milieux humides en vertu de l’article 113 (16) de la loi sur l’aménagement et l’urbanisme. D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de municipalités s’opposant à la destruction ou la dégradation des milieux humides sur leur territoire dans la région Z. N.A  
Secteur municipal : public cible citoyens
Exemple de problématique Exemple de mauvaise pratique (cause) Exemple de bonne pratique Exemple d’objectif Indicateur de performance environnementale associé Références
Contamination de l’eau de surface et/ou souterraine provenant des fosses septiques Résidents ne respectant pas les fréquences de vidanges imposés par le règlement Q2. R22 Respecter les fréquences de vidange des fausses septiques. D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de résidents adoptant des bonnes pratiques qui préservent leur fosses septiques dans la région Z. Concentration en phosphore total, d’azote total, en coliformes fécaux, MES, COD.  
Contamination de l’eau de surface et/ou souterraine provenant des fosses septiques Résidents ayant des pratiques qui compromettent le bon fonctionnement des fosses septiques Éviter de jeter des produits non biodégradables ou encore dangereux dans les canalisations. D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de résidents respectant les fréquences de Vidange des fausses septiques dans la région Z. Concentration en phosphore total, d’azote total, en coliformes fécaux, MES, COD.  
Contamination de l’eau de surface et/ou souterraine Résidents utilisant des fertilisants ou de pesticides pour l’entretien de leur pelouse Utiliser des fertilisants naturels (valoriser les résidus de coupe de gazon, emplois de légumineuse, épandage de feuilles mortes préalablement broyées) D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de résidents utilisant des fertilisants naturels dans la région Z. Concentration en phosphore total, d’azote total, en pesticide.  
Surconsommation d’eau Résidents arrosent leur pelouse à des heures inappropriées Respecter les horaires d’arrosages appropriés D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de résidents respectant les horaires d’arrosages dans la région Z. N. A  
Contamination des eaux de surfaces en raison d’une mauvaise gestion des eaux de ruissellement contribuant au débordement d’ouvrage de surverses Résidents pratiquant de mauvais aménagements conduisant à l’imperméabilisation des sols Réaliser des aménagements pour augmenter la surface perméable sur leur propriété en végétalisant les terrains, utilisant des revêtements perméables pour les sols, etc. D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de résidents réalisant des aménagements pour augmenter la surface perméable sur leur propriété dans la région Z. Concentration en MES, en phosphore en hydrocarbures  
Contamination des eaux de surfaces, eutrophisation, érosion des berges, dégradation de l’habitat aquatique Résidents ayant une rive dénudée ou insuffisamment végétalisée Renaturalisation de la rive en laissant pousser la végétation de manière naturelle ou revégétalisation de la rive en plantant des herbes, des arbustes et arbres en prenant le soin de choisir des espèces végétale indigènes. D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de résidents ayant une bande riveraine correctement aménagée dans la région Z. Concentration en MES, en phosphore, en azote  
Contamination des eaux de surfaces, eutrophisation,
érosion des berges, dégradation de l’habitat aquatique
Résidents ne prenant pas soin de leur bande riveraine Éviter l’utilisation de fertilisant et de machinerie dans la bande riveraine D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de résidents qui maintenant leur bande riveraine en bonne état dans la région Z. Concentration en MES, en phosphore, en azote  
Secteur agricole : public cible producteurs agricoles
Exemple de problématique Exemple de mauvaise pratique (cause) Exemple de bonne pratique Exemple d’objectif Indicateur de performance environnementale associé Références
Contamination de l’eau de surface et/ou souterraine Mauvaise gestion du fumier Implantation et surveillance des ouvrages de stockage du fumier (exigence règlementaire; possibilité de recevoir des subventions grâce au programme prime-vert) D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre d’éleveurs- agriculteurs ayant des ouvrages de stockage de fumier intègres dans la région Z. Charges en matières en suspension, charges en azote (azote total ou nitrates-nitrites) et en phosphore dans l’eau de surface, charge en pesticides dans l’eau de surface. Les ouvrages de stockage de fumiers
Document du BAPE
Tendance de la qualité de l’eau de 1999 à 2008 dans dix bassins versants agricoles au Québec
Eutrophisation, augmentation de la matière en suspension, contamination de l’eau de surface. Mise à nu du sol en hiver Pratiquer le travail réduit au sol et le semi direct D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de producteurs agricoles qui pratiquent le semis direct dans la région Z. Concentration en azote (azote total ou nitrates-nitrites) et en phosphore total, charge en coliformes fécaux. Semis direct
Travail réduit du sol
Tendance de la qualité de l’eau de 1999 à 2008 dans dix bassins versants agricoles au Québec
Contamination de l’eau de surface, eutrophisation Utilisation systématique de pesticides et de fertilisants Utilisation d’engrais verts (exemple: moutarde, radis ou vesce) D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de producteurs agricoles qui utilisent des engrais verts dans la région Z. Charges en azote (azote total ou nitrates-nitrites) et en phosphore dans l’eau de surface, charge en pesticides dans l’eau de surface  
Augmentation de la matière en suspension, envasement, sédimentation, dégradation et perte d’habitat faunique
limitation à la circulation des espèces, contamination des eaux de surface.
Exploitation de la terre agricole jusqu’au niveau de la rive Implantation de bande riveraines (possibilité de recevoir des subventions grâce au programme prime-vert) D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de producteurs agricoles qui aménagent une bande riveraine de qualité et de largeur au moins égale à celle exigée par le règlement autour des cours d’eau dans la région Z. Concentration en MES, en azote total, en phosphore total, en pesticides dans les eaux de surface. Bandes riveraines et qualité de l’eau
IQBR
Efficacité des bandes riveraines
Tendance de la qualité de l’eau de 1999 à 2008 dans dix bassins versants agricoles au Québec
Augmentation de la matière en suspension, envasement, sédimentation, dégradation et perte d’habitat faunique
limitation à la circulation des espèces, contamination des eaux de surface.
Compactage du sol Réduire le compactage du sol D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de producteurs agricoles qui délaissent le compactage des sols dans la région Z. Concentration en MES, en phosphore total et en azote total dans les eaux de surface. Fiche compaction du sol
Tendance de la qualité de l’eau de 1999 à 2008 dans dix bassins versants agricoles au Québec
Augmentation de la matière en suspension, envasement, sédimentation, dégradation et perte d’habitat faunique
limitation à la circulation des espèces, contamination des eaux de surface.
Mauvaise gestion des eaux de ruissellement Installer des avaloirs D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de producteurs agricoles ayant des avaloirs dans la région Z. Concentration en MES, en phosphore total et en azote total dans les eaux de surface.  
Contamination des eaux de surface. Mauvaise gestion des intrants (pesticides et fertilisants) Appliquer le plan agro-environnemental de fertilisation (PAEF) ou faire appliquer le PAEF par les municipalités. D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de producteurs agricoles ayant des avaloirs dans la région Z. D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de producteurs agricoles qui appliquent le plan agro-environnemental de fertilisation dans la région Z. Concentration en phosphore total et en azote total, en pesticides.
Augmentation de la matière en suspension, envasement, sédimentation, dégradation et perte d’habitat faunique
limitation à la circulation des espèces, contamination des eaux de surface.
Mauvaise gestion des eaux de ruissellement Aménagement de voies d’eau engazonnées et rigoles d’interception D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de producteurs agricoles qui possèdent des voies d’eau engazonnées et des rigoles d’interception dans la région Z. Concentration en MES, en phosphore total et en azote total. Voies d’eau et rigoles d’interception engazonnées
Tendance de la qualité de l’eau de 1999 à 2008 dans dix bassins versants agricoles au Québec
Secteur forestier : public cible producteurs forestiers
Exemple de problématique Exemple de mauvaise pratique (cause) Exemple de bonne pratique Exemple d’objectif Indicateur de performance environnementale associé Références
Augmentation de la matière en suspension, envasement, sédimentation, dégradation et perte d’habitat faunique (ensablement des frayères), limitation de la circulation des espèces Aucun entretien des anciens chemins forestiers et ponceaux, nouveaux chemins construits sans considération des bonnes pratiques d’aménagement(pente, emplacement des cours d’eau, etc.) Adopter une statégie d’entretien des chemins forestiers et des ponceaux et de bonnes pratiques lors de la création de nouvelles structures D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de forestiers s’étant doté d’une stratégie d’entretien des chemins forestiers et ponceaux et de bonnes pratiques lors de la mise en place de ceux-ci Concentration en MES, IIB Saines pratiques d’intervention en forêt privée
Saines pratiques – Voirie forestières et installation de ponceaux
Diminution de la superficie des milieux humides Déboisement, non-respect de lisières boisées Respecter des lisières boisées de 60 mètres autour des milieux humides D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de forestiers respectant des lisères boisées de 60 m dans le sous-bassin Z. Superficie des milieux humides Mémoire du ROBVQ sur l’aménagement durable des forêts
Diminution de la superficie des milieux humides Drainage forestier Ne pas effectué de drainage perturbant l’écoulement naturel des eaux des milieux humides D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de forestiers n’effectuant pas de drainage des milieux humides Superficie des milieux humides  
Augmentation de la matière en suspension, de l’envasement, de la sédimentation et des nutriments Déboisement excessif augmentant les débits de pointes causant de l’érosion Limiter le déboisement à un maximum de 50% des aires équivalentes de coupe D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de forestiers respectant un déboisement d’un maximum de 50% des aires équivalentes de coupe Concentration en MES, en azote total, en phosphore  
Augmentation de la matière en suspension et des nutriments en raison du lessivage des sols Compactage du sol Limiter le compactage du sol en laissant les débris ligneux éparpillés sur le sentier de débardage, en limitant les déplacements des véhicules forestiers à un réseau de sentiers régulièrement espacés, etc. D’ici 20XX, augmenter de Y le nombre de forestiers mettant en place des pratiques pour limiter le compactage du sol lors des opérations forestières Concentration en MES, en phosphore total et en azote total dans les eaux de surface. Saines pratiques d’intervention en forêt privée